Arts Pla

Le chapeau dans l’art

(article en cours de rédaction)

Le mot chapeau vient de l’ancien français chapel, lui-même issu du latin caput (tête).La forme du chapeau évolue sur trois éléments : le bord du chapeau, dit aussi « aile », la hauteur de la calotte, la forme de cette calotte (ronde, carrée, en pointe).

Le chapeau fascine les peintres avec leurs formes géométriques et leur matière. Ils n’hésitent pas à en peindre plusieurs dans le même tableau pour montrer leur capacités techniques.

Les chapeaux et couvre-chefs en Egypte:

Les signes qui permettent de reconnaître le pharaon sont multiples. Comme tout roi, le pharaon se reconnaît à sa couronne royale ou plutôt à ses couronnes car elles sont nombreuses.

 

Le némès est une coiffe qui est à l’origine composée d’une étoffe rayée de couleur or et lapis-lazuli, servant de cache-perruque.  Il pourrait évoquer les rayons soleil créateur encadrant le visage royal. Le némès, tenu par un bandeau frontal, retombe en deux pans de chaque côté de la tête et se termine à l’arrière par une tresse qui pend dans le dos.

 

La couronne rouge de Basse-Egypte (« décheret »)
Mentouhopet Nebhepetrê – XIème dynastie

 

La couronne blanche de Haute-Egypte (« hedjet »)
(Sésostris Ier – XIIème dynastie)

L’Antiquité

Des chapeaux sont en tous cas portés dès l’Antiquité, dont par exemple le pétase et le pilos, couvre-chef commun dans la Grèce antique.

Hermès Ingenui coiffé du pétase, copie romaine d’un original grec du ve siècle av. J.-C., musée Pio-Clementino,Vatican

Ulysse coiffé du pilos.

Le Moyen-âge et la Renaissance

Le « mazzocchio » est la géométrisation du couvre-chef florentin « a cercine », c’est-à-dire en forme de cercle, que Paolo Uccello a d’ailleurs parfois représenté de façon réaliste (dans les « Scènes de la vie de Noé », et dans les « Batailles », par exemple), combinant alors le raccourci du solide géométrique et la fluidité du drapé qui l’enveloppe, le « torculo » comme dira Piero della Francesca. Le mazzocchio devient une prouesse de la perspective.

 

par Léonard de Vinci

qui devient sculpture aujourd’hui

Le chapeau est parfois lié à une fonction. Par exemple, les peintres dès le Moyen-âge portaient des couvre-chefs rouges pour se distinguer.

Petrus Christus, Un Orfèvre dans son Atelier, Possiblement Saint Eligius 1449

Les femmes portaient des bicornes ou tricornes comme dans le tableau de Van Eyck La Chambre des Epoux Arnolfini

 

Portrait de Margareta van Eyck

Van Eyck se représente avec un turban rouge au XVème siècle: la difficulté est de rendre les plis de la coiffe de manière réaliste.

Au début du XIVe siècle, pour les hommes apparaît le liripipion qui est une sorte de capuchon pointu, allongé ; sa pointe va aller en s’allongeant jusqu’à se porter en turban vers la fin du siècle. Le voile des femmes se sophistique de plus en plus, il se rembourre ou s’arme de fil de fer pour lui faire prendre des formes hautes qui finissent par le hennin. À la fin du XIVe siècle, les hennins et autres coiffes ont atteint leur taille maximale et le bonnet plat revient à la mode.

Weyden Van de Rogier
1399/1464
Femme
à la cornette

François Clouet, portrait de François 1er roi France 1515- 1547

 

L’escamoteur, de Jérôme Bosch, l’homme sans chapeau doit être un paysan.

Le XVIIème siècle:

Durant la première moitié du XVIIème siècle, c’est le triomphe d’un large feutre en « castor » (fait en poil de castor). Il est bas de forme, penché sur le côté droit et entouré d’une longue plume d’autruche dite pleureuse. Ce fut le chapeau le plus caractéristique de l’époque Louis XIII.

 

Dans la Ronde de Nuit de Rembrandt on voit toute une série de chapeaux différents.

À partir de 1690, les tricornes, de forme triangulaire et souvent bordés par une plume d’autruche, apparaissent.

Le XVIIIème siècle

Le XVIIIe siècle est dominé par la perruque. Les coiffures deviennent de plus en plus excentriques ou au contraire plus simples.

Labille-Guiard Portrait de femme

Le XIXème siècle

Pendant le XIXe siècle, le canotier devient un chapeau populaire en été et influence la mode féminine où le chapeau supplante le bonnet vers 1870.

Auguste Renoir, Moulin de la Galette 1876

Avec Van Gogh, comme pour les chaussures, le chapeau devient le sujet du tableau: Vincent Van Gogh   Nature morte avec le chapeau de paille jaune

Le XXème siècle:

L’homme au chapeau melon, René Magritte

Visage gris foncé au chapeau blanc 1947 huile sur toile, Picasso

Femme au chapeau bleu, le chapeau fait penser à un bateau

Charlie Chaplin est célèbre et reconnaissable par son chapeau:

Joseph Beuys se distingue par le port d’un chapeau de feutre qui marque son identité:

Dans les performances de Willi Dorner, les personnes portent souvent des capuches très à la mode aujourd’hui

 

Les chapeaux-sculptures de Maiko Takeda, auréoles aériennes derrière lesquelles les femmes se cachent.

 

Bara Prasilova

 

Little Shilpa

 

Dans le film L’affaire Thomas Crown, la scène finale met en scène un ballet de chapeaux:

 

Les catherinettes: 

 

On appelait autrefois catherinettes les jeunes femmes de vingt-cinq ans ou plus encore célibataires. Cette coutume, à travers laquelle les jeunes filles faisaient des vœux pour un prompt mariage, ne s’est conservée, sous une forme altérée, que dans le milieu des couturières et de la mode où on apporte traditionnellement un soin particulier à la confection du chapeau (« de la coiffe »). Les couleurs traditionnelles du chapeau sont jaune et vert, deux couleurs ne s’accordant pas.

//www.wat.tv/embedframe/633767chuPP3r3240285

Deux Catherinettes, Isaac Israëls, vers 1905

sources:

http://jfbradu.free.fr/egypte/LE%20PHARAON/le-pharaon06.php3

Autres thématiques dans le site:

 http://perezartsplasti ques.com/les-notions-dans-les-arts-plastiques/

Aller à la barre d’outils