Arts Pla

le cadre dans l’art

Dans le domaine de l’art pictural, le cadre est la limite de l’image. Il peut être à  la fois matériel ou la limite, le bord de l’image, immatériel.

Encore considéré comme un élément de décoration voire superflu par les photographes et les éditeurs,,il est très pénible notamment sur le net de voir les reproductions des oeuvres des artistes sans leurs cadres. Souvent réalisés par les peintres eux-mêmes ou alors exécutés selon les directives des artistes, absents de la toile, ils manquent cruellement par le vide que cette coupure dans le visible engendre. Comment mesurer la portée d’un Degas sans son cadre quand on sait combien il était attaché à ses nouvelles valeurs ? C’est toute la portée du tableau qui change sans son cadre. Quand on change de cadre, la perception de l’image change également. Ci-dessous, La Vierge de l’Annonciation d’Antonello da Messina n’a pas la même portée dans les deux cadres suivants:

Le cadre sépare l’image du reste de l’espace comme le socle dans la sculpture (sujet d’un nouvel article). C’est une coupure faite dans l’espace pour accueillir l’image qu’il sanctuarise. Ainsi l’espace propre de l’image est isolé du reste et devient comme une sorte de « bijou » dans son écrin parfois doré, parfois en écailles, parfois en bois brut ou alors blanc avec Degas.

Les peintres ont essayé de dépasser cette limite étouffant l’image pour amplifier l’effet de trompe-l’oeil de celle-ci. Des artistes contemporains ont même dépassé physiquement les limites du cadre. Quand il y a une limite suit immédiatement la volonté de la dépasser, de la transgresser.

Aujourd’hui devenu objet plastique à part entière, il s’expose nu, sans image uniquement pour lui même.

Nous allons évoquer ici l’objet ou le tracé qui délimite l’espace pictural qui isole la peinture en lui conférant un espace propre.

Le cadre dans la préhistoire:

On voit bien que l’image est entourée d’un cerne qui la délimite. Déjà, l’homme préhistorique est soucieux de la présentation de son oeuvre. En effet, le cadre est affaire d’exposition et de présentation.

Le cadre dans l’Antiquité:

Ces portraits peints sur des planchettes étaient fixées par le suaire sur le visage du mort qu’ils représentaient, ils étaient entourés de baguettes de bois. Ce sont donc vraiment à cette époque les vrais précurseurs de nos cadres actuels.

Le cadre dans l’enluminure :

La page est divisée en marges qui délimitent le texte avec des médaillons illustrés.

 

Dans l’enluminure ci-dessous, le cadre est tracé par les éléments architecturaux qui ont pour effet d’accentuer la profondeur de l’image dans la page. Le cadre offre une ouverture vers un visible fictif. Plus tard, Alberti va théoriser cet effet que doivent donner les artistes à leurs oeuvres.

 

Le cadre dans l’art de l’Islam:

Art géométrique, les cadres se succèdent pour former la structure de l’image.

Cadre de retable, d’iconostase ou de jubé:

Niccolo di Liberatore Retable du couronnement de la Vierge Pinacothèque vaticane.

Le cadre d’un grand retable, dans l’art italien comme dans l’art flamand, est une œuvre d’architecture autant que de menuiserie. Il peut évoquer l’architecture des cathédrales.

Le cadre ici est la structure de l’oeuvre complexe et hiérarchisée. On voit bien le panneau central avec la Vierge couronnée, les volets latéraux et le panneau de prédelle.

En rouge : la caisse
En bleu : les volets
En vert : la prédelle

Ici, un retable de Giovanni Bellini de type architectural:

 

A la Renaissance, Alberti définit la peinture comme suit « je trace d’abord sur la surface à peindre un quadrilatère qui sera pour moi comme une fenêtre ouverte sur le monde ». La peinture commence par le tracé de son cadre.

 

Cadre de portrait

La vogue des portraits individuels ne prend véritablement son essor qu’à partir du xvie siècle, notamment dans l’aristocratie germanique, et un peu en France, Italie et pays scandinaves. Cela devient un phénomène de grande ampleur au cours des deux siècles suivants, dans toute l’Europe. Les cadres sont d’abord de style maniériste, à décor simple ou à incrustations géométriques. Certains sont en bois d’ébène, comme pour les tableaux de l’école hollandaise. Parfois, ils participent à la composition du tableau.

Alessandro di Mariano dei Filipepi (Sandro Botticelli) : Portrait d’un jeune homme tenant un médaillon – Portraits à Florence à la fin du XVème siècle …

Le médaillon que tient le jeune homme dans les mains a pour effet d’accentuer le trompe-l’oeil. Mise en abîme de cadres, la structure de cette image est celle de la vache-qui-rit !

Plus tard, Trompe-l’œil de Pere Borrell del Caso (1874) peindra un faux-cadre pour rendre encore plus vivant le jeune-homme qui semble comme « sortir du tableau ».

 

Cadre de tableau

Le cadre de tableau délimite de nombreux genres: peinture d’histoire ou religieuse, scènes de genres, paysages. Dans le monde de la peinture et de l’encadrement, il y a trois formats, déclinés dans différentes dimensions : le format Figure qui est presque carré et vertical, le format Paysage horizontal et rectangulaire et le formatMarine beaucoup plus panoramique, horizontal lui aussi.

 

Au XVIIème siècle, le cadre est lui-même peint par les artistes, c’est dire l’importance accordée à cet accessoire dans leur art. Velasquez peint les Ménines en 1656. Dans ce tableau figure une toile représentée au premier plan avec son verso où l’on peut voir la structure de la toile. Sur les murs sont représentés quantité de cadres sans images identifiables: le cadre entre dans l’histoire du tableau. Là aussi, c’est une mise en abîme de cadres qui structure la toile de Velasquez.

 

Les armoiries du commanditaire peuvent figurer en haut du cadre: ici ce sont les armoiries de Louis XIV

 

 

En bas du tableau est vissée une plaque, le cartel avec le nom de l’artiste.

 

Le tondo:   Le tondo (tondi au pluriel) est un profil, généralement sculpté en faible relief, mais qui peut aussi être peint, réalisé sur un support de format rond ou à l’intérieur d’un disque, et non en rectangle comme il est plus courant. Le terme provient de l’italien, c’est une aphérèse du mot rotondo (rond). C’est une image circulaire qui donne sa forme au cadre.

Botticelli,

 

 

L’architecture comme cadre du tableau:

La période baroque fait coïncider peinture et architecture. Le bâti offre un cadre spatial à l’image qui sublime l’architecture. Tout y est envol, apogée, apothéose. La période baroque marque un tournant dans l’art en mêlant étroitement la peinture et le bâti. Le public doit se sentir transcender par ce qu’il voit. L’image est ascension vers le divin.

Jacob van Ruisdael Paysage en hiver

 Une Marie-louise est comme un deuxième cadre intégré dans le tableau pour l’isoler du cadre lui-même.

 

 

Un passe-partout est un encadrement en carton posé sur une œuvre d’art ou une reproduction. La fonction première du passe-partout est de créer un espace entre l’œuvre et le verre de l’encadrement de façon à protéger l’œuvre d’un contact direct. Il assure également une fonction décorative.

L’évolution du cadre dans l’art du XIXème à aujourd’hui: 

Pour Degas, « le cadre est le maquereau de la peinture ; il la met en valeur mais ne doit jamais briller à ses dépens ». Degas, refusant les cadres dorés trop goûtés par les collectionneurs de son temps, préconise les cadres peints en blanc. La révolution impressionniste s’exprime d’abord ainsi par le cadre.

Du blanc, il passe au sombre et adopte une théorie élaborée de l’encadrement : le cadre doit être peint selon une harmonie complémentaire de celle du tableau. Le Cirque possède ainsi une bordure peinte tout autour de la toile et un cadre véritable.

En plein contraste avec ces positions, Renoir suggère, dans certains dessins, l’usage de lourds cadres du XVIIIe siècle, qui accompagnent souvent encore aujourd’hui ses œuvres.

 

En 1915, Malevitch expose sans cadre.

Annette Messager encadre ses photos pour faire un tout cohérent

 

Dans cet oeuvre, le cadre coïncide avec la cage de football

Avec Louis Cane, du groupe Support surface, le cadre devient oeuvre:

 

La danse contemporaine utilise le cadre pour structurer les chorégraphies:

Preljocaj

 

Esther Ferrer,

Cadre qui encadre cadre, qui encadre cadre, qui encadre cadre, qui encadre cadre, qui encadre cadre qui n’encadre rien, 2008

Esther Ferrer utilise le cadre pour nombreuses de ses oeuvres. Visitez son site avec délectation.

Un cadre qui donne la forme à l’image: Lara Vincy Dans le cadre de l’art moderne (1/2), 1987/88 – Huile sur bois, 72 x 80 x 6 cm

LE CADRE COMME OEUVRE

Giulio Paolini

Le cadre dans l’art numérique:

« L’art numérique s’inscrit-il dans la stratégie de transgression du cadre ou bien au contraire, renoue-t-il avec le cadre ?

De nombreuses applications permettent d’agrémenter nos images de cadres divers plus ou moins kitsch. Mais qu’en est-il de l’art numérique ?

L’art numérique s’est-il pour autant débarrassé du cadre ? Moins que jamais car qu’est-ce que c’est que le programme, si ce n’est le cadre récapitulatif des actions possibles dans un univers numérique précis ? Le cadre s’éternise à travers l’intention de l’auteur du programme entendue comme projet.  »

Dans l’animation ci-dessous (cliquez sur l’image), le cadre varie en fonction des mouvements de la souris et est en perpétuel changement.

 

Dans l’animation ci-dessous (cliquez sur l’image), l’image dépasse le cadre en faisant référence à un hors-champ.

 

 

Le cadre a donc connu une véritable histoire avec ses épisodes particuliers. Exubérant ou au contraire absent, il connaît un renouveau dans l’art contemporain qui en fait un objet artistique à part entière. Il s’émancipe pour devenir oeuvre.

 « Au fond, le cadre, c’est un peu Dieu selon Pascal. C’est un centre qui est partout et une circonférence qui n’est nulle part. Ainsi le cadre est paradoxal : il est à la fois ce qui découpe et isole mais dans le même mouvement ce qui relie et rassemble. »

Prolongement pédagogique: leçon sur le cadre et l’image 

Le cadre refait l’image, niveau 4ème:

A partir de l’image Peinture Haute-tension de Martial Raysse, élaborez un cadre qui fera voir l’image différemment:

Travaux des élèves:

 

Sources:

http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/4-cadres-impressionnistes-et-contemporains/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Encadrement_(art)

http://archee.qc.ca/ar.php?page=article&section=texte4&note=ok&no=258&surligne=oui&mot=#4

 

Autres thématiques dans le site:

 http://perezartsplasti ques.com/les-notions-dans-les-arts-plastiques/

Aller à la barre d’outils