50 nuances de gris

Le gris dans l‘art:

L’homme aujourd’hui recherche dans ses images

Nous allons traiter de la question du gris, à la fois de manière technique mais aussi plastique (en partant du blanc au noir) dans les arts plastiques et tracer sa route artistique à travers des oeuvres d’art célèbres. Nous  voyagerons au gré des oeuvres autour de cette idée de gris.

Le gris a tenu une place mineure, sinon inexistante dans l’histoire des arts avec des périodes plus riches que d’autres.

1ère nuance de gris: 

Giotto a été le premier peintre à utiliser la grisaille dans la peinture.

Giotto_-_Scrovegni_-_-43-_-_Justice

AU XIVème siècle, il est coutume de créer des polyptyques dont les volets aux deux extrémités du retable sont peints en grisaille. Le Retable de l’Agneau mystique, de Van Eyck en est un exemple. Adam et Eve sont peints en grisaille avec très peu de couleurs pour montrer qu’ils appartiennent à l’Ancien Testament et non au Nouveau.

jan-van-eyck-le-retable-de-l-adoration-de-l-agneau-mystique-ouvert-1432

Quand le polyptyque est refermé, les personnages de Marie et de l’Ange Gabriel sont peints en grisaille. Au départ représentés comme des statues taillées dans de la pierre grise, les personnages prennent vie une fois le polyptyque ouvert. Quand le registre supérieur du retable est en position fermée, il représente l’Annonciation à Marie sur quatre panneaux. À gauche, une représentation du message de l’archange Gabriel ; et à droite, la réponse apportée par la Vierge Marie, qui, comme dans une autre version de l’Annonciation de Van Eyck, est écrite à l’envers afin de permettre à Dieu de la lire. Les phylactères sont en grisaille également.

jan-van-eyck-le-retable-de-l-adoration-de-l-agneau-mystique-ferme-1432

Fresque illusionniste d’Andrea del Sarto au Cloître du Scalzo, Florence.

CaritaScalzo

 

2ème nuance de gris:

Léonard de Vinci au XVème siècle compose des études en grisaille de drapés de tissus. Le problème de tout travail en noir et blanc est le jeu des contrastes et des nuances de gris. Dans cette oeuvres le jeu du clair-obscur est profond mais il y a toute une série de gris différents comme c’est le cas dans la partie inférieure du drapé.

study_of_rapery

 

3ème nuance de gris:

 

Marat assassiné, Jacques Louis David: 1793. Un jeune révolutionnaire est assassiné par Charlotte Corday. Le corps et la baignoire ainsi que le caisson de bois ressortent sur un fond gris qui a pour effet de rendre tragique la scène. Par petites touches de peinture, l’artiste crèe un contraste saisissant entre ce qui vient de mourir, le corps inerte de Marat et l’arrière plan dont Baudelaire a bien saisi la dimension dramatique.  » dans l’air froid de cette chambre, sur ces murs froids, autour de cette froide et funèbre baignoire, une âme voltige. »

2661_xl

 

4ème nuance de gris: 

Tout se passe comme si cette couleur qui a tenu son rang dans la peinture ancienne – mais ne tenant qu’un rôle technique essentiel et pas du tout symbolique – n’avait quasiment plus de réalité.

Le gris n’est pas au sens strict du terme une couleur.

À mi-chemin entre le blanc et le noir, ses géniteurs, le gris est une teinte plutôt fade, associée à la tristesse, à la mélancolie, à la vieillesse et à la solitude.

The Abbey in the Oakwood (1808–10). 110.4 × 171 cm. Alte Nationalgalerie, Berlin, Gaspar Friedrich, les nuances de gris bruns donnent au paysage sa dimension romantique.

Caspar_David_Friedrich_-_Abtei_im_Eichwald_-_Google_Art_Project

 

Ici, dans les gris bleutés du paysage avec une perspective atmosphérique, Gaspar Friedrich montre la solitude de l’homme face à la nature.

Caspar_David_Friedrich_-_Wanderer_above_the_sea_of_fog

5ème nuance de gris :

La photographie noir et blanc:

L’expression noir et blanc désigne des genres techniques en photographie, au cinéma, à la télévision (en peinture on parle de grisaille). Cela désigne également des types de représentations esthétiques.

Le noir et le blanc sont considérés ou non comme des « couleurs » selon la discipline qui en parle : imprimerie, photographie, physique, peinture, théorie de la perception.

  • Un blanc, en synthèse additive, est constitué par la réunion dans une proportion particulière de toutes les longueurs d’ondes du visible ; il existe autant de blancs que de températures de ce corps, le blanc « solaire » étant celui à 6 300 K. On nomme par extension blanctout panachage de longueurs d’onde que l’œil ne peut distinguer d’un vrai blanc d’une température quelconque : l’œil n’est en effet sensible qu’à trois pics de longueur d’onde à partir desquelles il donne à la conscience une information de couleur).
  • On nomme « noir » (également en synthèse additive) l’absence de couleur, soit de tout rayonnement visible reçu par l’œil.
  • On nomme « gris » les « couleurs » jugées comme intermédiaires. Il y a en fait un très grand nombre de gris de même luminosité et de teinte distincte selon la température de couleur considérée pour le blanc de référence

Tout d’abord la texture des objets est souvent magnifiée par le noir et blanc, car la couleur a tendance à l’éclipser. Une des raisons pour lesquelles le noir et blanc est tant apprécié des photographes, c’est qu’il donne une autre vision sur le monde. Perdre la couleur implique que vous ne pouvez plus jouer dessus pour séparer différents éléments, ou pour la composition, notamment pour guider l’œil dans l’image. Votre seul moyen est donc de jouer avec les tons clairs et les tons foncés, c’est-à-dire avec les contrastes.

Les noirs doivent être profonds et les blancs éclatants mais ce qui fait la richesse d’une photo réussie en noir et blanc c’est de consister à développer les nuances de gris.

Voici quelques exemples d’une même photo traitée avec des gris différents:

L’original

ret2807080088

les modifications changent la perception du paysage qui peut être adoucie ou au contraire rendue plus dramatique avec des contrastes plus forts:

2 3

Les gris prennent donc une dimension fondamentale en photographie.

 

6ème nuance de gris: 

Les gris ne sont pas seulement neutres, faits avec du blanc et du noir. On peut moduler leur teinte avec d’autres couleurs. On obtiendra des gris soit froids soit chauds en fonction de la couleur ajoutée. Les gris colorés : il s’agit de toute la gamme de couleurs qui sont peu saturées. Une couleur saturée étant une couleur pure, celles présentent dans le cercle chromatique. On obtient un gris coloré en mélangeant les trois couleurs primaires : le jaune primaire, le cyan et le magenta. Ensuite, il existe le gris neutre : il se crée en mélangeant deux  valeurs, le noir dans le blanc. Si vous voulez le transformer en gris coloré vous ajouter un peu d’une autre couleur.

ts25-gris-col

 

scan0054

 

Vous mélangez le jaune avec du magenta et ensuite vous ajoutez le cyan. Votre gris coloré va apparaître, il ne vous reste plus qu’à le mélanger avec du blanc pour obtenir des nuances de couleurs ! Selon le gris coloré que vous souhaitez obtenir, vous mélangerez une dose, une dose puis un tiers de la dernière couleur primaire.

« Soleil couchant sur la Seine à Lavacourt », Claude Monet, 1880, on voit bien dans cette photo de détail que la couleur du fond est orangée et qu’elle est là pour contraster avec les gris colorés de tendance plus froide.

Pour reproduire une sensation immédiate, les impressionnistes définissent peu à peu l’espace par une décomposition des couleurs. La fragmentation des coups de pinceaux suggère les formes et les volumes. On ne voit plus le modèle, mais on l’imagine. Il n’est plus qu’une vision abstraite, irréelle.

L’autre caractéristique des impressionnistes, c’est l’utilisation exclusive des couleurs primaires (rouge, bleu et jaune), et de leurs complémentaires (orange, violet et vert). Il n’y a plus de mélanges. Même les ombres sont représentées par des couleurs vives; c’est la juxtaposition de ces couleurs qui produit une impression d’ombre. L’image se compose dans les yeux du spectateur.

impressionnisme

 

lavacourt-soleil-couchant-effet-d-hiver-monet-1880-petit-palais

Juan Gris, nature morte, 1912, un festival de gris colorés. Le mouvement cubiste va promouvoir les gris colorés. Le peintre portait bien son nom !

still-life-with-oil-lamp-1912 (1)

7ème nuance de gris: 

Le gris a la couleur de la poussière et Marcel Duchamp en 1920 l’a introduite dans le champ artistique avec son compère Man Ray qui a pris en photo son oeuvre. Duchamp: « Ma façon de travailler était lente. » (…) Cette lenteur est celle qui préside à l’Elevage de poussière, photo que Duchamp et Man Ray signent en 1920, élevage patient d’un matériau impossible à forcer, à contraindre et qui, de lui-même, a sa vitesse propre qui est celle de la vie ».

Man-Ray-et-Marcel-Duchamp

La présence du gris demeure marginale et en tout cas en dehors des grands débats théoriques sur les couleurs.

8ème nuance de gris: 

Picasso avec le mouvement cubiste au XXème siècle fait entrer le gris dans la peinture. Il peindra Guernica en noir et blanc avec des nuances de gris: Picasso se servait beaucoup de la photographie pour mettre au point ses valeurs de gris. Il y en a bien 50 dans cette peinture ?

Cubisme

 

9ème nuance de gris: 

Fernand Léger au XXème siècle fait à nouveau de la peinture en grisaille sur fond rouge. Les gris rendent ces figures tristes et statiques. Hiératiques.

333_001

 

10 ème nuance de gris:

Il n’a pas eu non plus de place réelle dans les âpres discussions sur la monochromie au sein des avant-gardes historiques. Il a fallu attendre les œuvres d’Agnes Martin (comme Greystone, 1963), on voit bien ici les gris colorés passer du froid au chaud. Cet effet donne de la luminosité à l’oeuvre.

martin

de Françoise Janicot, de Pino Pinelli et de Bernard Ollier dans le champ de l’abstraction et celles de Gerhard Richter

2944

pour que le gris trouve enfin une résonance profonde et un statut philosophique dans l’art depuis la Seconde guerre mondiale et, surtout, soit l’élément principal d’une spéculation esthétique.

Nicolas Cessieux fait émerger du gris une texture singulière car cette teinte se prête volontiers à cette expérience de la matière.

art-monochrome-graffiti-gris-1

Monochrome anthracite Peinture acrylique sur toile. 100 x 100 cm  Accumulation de signatures « Futon » par Nicolas Cessieux2014

11 ème nuance de gris: 

Plus tard, Ernest Pignon Ernest en 2013 composera les Extases avec le même procédé en grisaille avec une mise en scène qui sublimera ses dessins, sol noir brillant et lumières.

img_2629.1296402596

 

12 ème nuance de gris :

Mariantonietta Sulcanese fait émerger des couleurs en grisaille un portrait qui pénètre dans les teintes du fond. Le gris est ce qui féconde la toile et incarne le portrait. Il est une sorte de renaissance. La peinture grise dans les coulures se fait matière et picturalité. Les chairs de la peinture et du portrait prennent corps en elles. Le gris est émanations de formes nouvelles. C’est par lui que se déclare l’espace du tableau. c’est un jaillissement lyrique, une explosion sidérale, un big bang esthétique du gris.
678_0_3602694_57902

Le gris est par conséquent une couleur qui, dans des compositions récentes, a une fonction fondamentale pour l’entendement de sa démarche. : elle introduit une clause déroutante dans les arrangements scénographiques qu’elle instaure dans ses créations. Celles-ci impliquent du même coup l’apparition d’un sentiment majeur -, un sentiment qui n’est pas spleenétique à proprement parler, mais néanmoins empreint d’une douce et tendre mélancolie.

13 ème nuance de gris :

Spiral Jetty (en français : « Jetée en spirale ») est une œuvre de Land art réalisée par le sculpteur américain Robert Smithson en 1970, située au bord du Grand Lac Salé. Spiral Jetty prend la forme d’une spirale de 457 m de long1 et de 4,6 m de large, s’enroulant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Bâtie à l’aide de boue, de cristaux de sel, de rochers de basalte, de bois et d’eau, elle est située au nord-est du Grand Lac Salé près de Rozel Point à Salt Lake Utah, aux États-Unis2 ; s’avançant en saillie à partir de la rive du lac, Spiral Jetty est visible lorsque l’altitude de sa surface descend en dessous de 1 280 m3.

Spiral.Jetty1 (1)

Le land art prenant des matériaux naturels pour bâtir ses oeuvres considèrent le gris comme une couleur à part entière et plastique. Oeuvres d’Andy Goldsworthy   :

Land-Art-3

01

14 ème nuance de gris :

Quand des artistes misent tout sur le gris, comme l’a fait Bernard Ollier avec la mine de plomb, ils placent leur démarche à l’enseigne d’une teinte qui n’engendre pas a priori des sentiments puissants. Mais ils forcent le spectateur à la considérer non plus pour son pouvoir de séduction, mais pour sa valeur intérieure et sa plasticité.L’œuvre témoigne d’une vie qui s’est confondue avec un processus sans fin, d’un vertige où s’est complu l’artiste pendant des journées entières, et combien de journées : celui de l’ennui et de l’indifférence. Laisser le travail « se faire tout seul », pour atteindre cette jubilation précieuse qu’est la contemplation du néant.

17-12-15-ollier-main1-zoom-zoom-zoom

Lorsqu’il dessine, l’artiste procède toujours en deux temps : une première étape de « remplissage », qui consiste à recouvrir totalement la feuille de papier ; une seconde étape où il opère par traits plus ou moins longs, plus ou moins nerveux, qu’il superpose à la première couche. Les traits de crayon tendent ainsi à combler totalement le blanc, à saturer la feuille, à la déborder. Ce dont l’écriture, faite de signes et d’interstices, ne sera jamais capable. Le gris du crayon de Bernard Ollier remplirait ainsi les blancs du texte, arrivant à un au-delà (un en-deçà ?) de la langue. Bernard Ollier expose d’ailleurs ses dessins accolés à des tapuscrits sur carbone, sur lesquels émerge la trace du texte.

ggg1

« À force de recouvrements et de recouvrements
par le dessin au crayon noir, le portrait
photographique s’efface pour faire place à
une surface homogène et quasi noire.
Pourtant, selon certains points de vue
et certains éclairages, le dessin laisse
affleurer le portrait initial. » B.O

15 ème nuance de gris:

Roman Opalka a pris la décision en 1965 d’écrire sur une toile noire des séries de chiffres en diluant à chaque fois la peinture noire avec un pourcentage de blanc. Vers la fin de sa vie, les toiles étaient presque écrites en blanc sur fond blanc. À partir de 1965, année du « 1 », il peint, en majorité sur un format d’échelle humaine, (196×135cm). Il peint en blanc sur fond noir, puis gris, les nombres qui se succèdent sans relâche et sans fin : 1, 2, 3, 4, 5, etc. Chaque nombre représente un instant, une trace irréversible du temps. Arrivé au nombre « 1 000 000 », en 1972, il décide de faire évoluer son travail. Dès lors, à chaque nouvelle toile entamée, il ajoute 1 % de blanc dans la peinture servant au fond de sa toile, initialement noir à 100 %. Petit à petit, les fonds blanchissent, marquant d’une nouvelle manière le temps qui passe. Toutefois, afin de ne pouvoir être accusé de « fraude », Roman Opałka veille à utiliser deux blancs différents, un pour ses nombres (blanc de titane) et un pour le blanchissement progressif de son fond (blanc de zinc).

Roman-Opalka-05

16 ème nuance de gris : 

Nous avions oublié Mondrian qui a peint des séries d’arbres en gris. Les teintes deviennent le prétexte du tableau.

Mondrian_Arbre_gris_originale_

 

17 ème nuance de gris:

Nicolas Baier dans ce polyptyque montre la matérialité du gris, on y voit de riches nuances et textures qui rendent sont oeuvre plastiquement variée. Nicolas Baier, Vanitas 01, 2007-08. Vanité que de vouloir peindre en couleur semble nous dire l’artiste sombrant dans les nuances de gris.

web_vanites1

 

Notre ami fidèle, Francis Moreeuw propose lui aussi une peinture, »Instandhaltung » (entretien), en grisaille qui contraste avec les teintes chaudes réparties comme une sorte d’auréole autour des personnages centraux. Instandhaltung. En grisaille les mains entretiennent une tronçonneuse !

Acrylique et collage sur toile 151 x 182
1993

10985222_10204865854420748_7968602737728680602_n

 

18 ème nuance de gris :

Zhang Xiao Gang peint un couple en grisaille floutée avec un enfant en rose devant eux. Il dénonce ainsi la politique de natalité qui sévit en Chine où l’on ne peut avoir qu’un seul enfant.Zhang Xiaogang est célèbre pour ses séries « Bloodline », portraits stylisés et souvent monochromatiques (noir et blanc) de familles chinoises. Les poses rappellent la tradition chinoise des portraits familiaux de la Révolution culturelle, et les compositions du surréalismeeuropéen. Les critiques ont salué ses peintures comme des « portrait de l’âme chinoise moderne ». Afin de contrôler la démographie du pays, le gouvernement de la République populaire de Chine a lancé deux politiques majeures de contrôle des naissances. « mariage tardif, naissances peu rapprochées et peu nombreuses »), lancée au début des années 1970 et la politique de l’enfant unique »

zhang-xiaogang-big-family-1998-from-bloodline-series

19 ème nuance de gris:

Revenons aux temps plus anciens et reculés, éclipsé par la gloire de son fils, Holbein l’Ancien a pourtant produit l’une des œuvres marquantes de l’art religieux de la fin du XVe siècle, un cycle de la Passion du Christ en grisaille. Cet univers monochrome permettait de recréer un autre monde, loin des conventions terrestres.
Hans_Holbein_d._Ä._016

20 ème nuance de gris :

Des artistes tels que Bresson (ou Yann Toma avec ses Crimes sur commande) font du noir et des gris la couleur de la violence, de l’apocalypse. Avec des nuances de gris, il met en scène dans ses peintures des images d’une rage incroyable.
Guillaume-Bresson-Sans-titre-2008.-Huile-sur-toile
ID25773-MD

21 ème nuance de gris:

Yann Toma demande à des personnes d’imaginer leur propre disparition sur terre. Il prend en photo en noir et blanc ces scènes de crime farfelues qu’il développe à l’échelle 1/1. Le gris montre les textures, prisonnier entre le noir bien présent et le blanc plus discret. Le gris est un passage entre la vie et la mort mise en scène.

laurentcrime

100201011416-fotogs-tutu-de-vee-jean-claude-dreyfus

22 ème nuance de gris :

Nick Devereux mettent en scène le chaos par la concrétion de matières – fourrures, cuir, métal ou porcelaine – dans des nuances de noir et de gris. « Dans ses dessins et peintures, Nick Devereux a recours à une technique ancienne, utilisée par Diego Vélasquez pour Les Ménines, qui ne vise pas à rendre une réalité «photographique» mais se concentre sur les éléments perçus par l’œil, les volumes et lumières, apportant ainsi une réponse originale aux enjeux de la représentation. »

devereux_offering

devereux_newmythologies

 

23 ème nuance de gris :

Nous avons oublié Joseph Beuys qui a fait des installations géantes avec du feutre gris en recouvrant un piano de ce matériau. Joseph Beuys a souvent utilisé des matériaux organiques dans ses sculptures, en référence à sa mythologie personnelle: pilote de la Luftwafe, son avion s’est écrasé en Crimée pendant la seconde guerre mondiale. Il raconte avoir été sauvé par des Tatares qui l’ont nourri de miel, enduit de graisse et recouvert de feutre pour le soigner.

infiltration-for-piano

Plight, Pour visiter l’installation Plight de Joseph Beuys, il faut se courber, passer sous les rouleaux de feutre et pénétrer à l’intérieur de l’oeuvre. Au centre d’une pièce tapissée d’une double rangée de rouleaux trône un piano noir fermé, non enveloppé. Sur le dessus du piano est posé un tableau noir, à plat, et un thermomètre médical. Un thermomètre, signe de maladie ou de danger, en écho à la croix rouge d’Infiltration.

Beuys-plight-Beaubourg--1599

 

24 ème nuance de gris :

Yan Pei-Ming fait un portrait de Mao où les traces de pinceaux brouillent les nuances de gris. La peinture grise se fait matière.

61983570

 

25 ème nuance de gris:

Gabriele Di Matteo représente un vieil homme aveugle, les yeux trop plissés. Un aveugle pour guider le visiteur au pays de tous les gris? Oui, mais quel aveugle, puisque le tableau reprend une photographie de Borges. Borges, qui se plaignait qu’une fois aveugle, le noir lui était devenu, paradoxalement, une couleur impossible.

09

 

26 ème nuance de gris :

Pour l’exposition Drapeaux gris au CAPC en 2006, Kenny Walker a recouvert une fausse cloison de centaines de posters reproduisant à l’identique, grâce à un scanner, les pierres de construction du bâtiment.

Walker_Kelley__Braniff_Dali_2006_inv.D-2007.4.1.C_mairie_de_Bordeaux_photo_Lysiane_Gauthier._preview_0

27 ème nuance de gris:

Pierre Clemens travaille sur des plans d’architecte avec des nuances de gris.

Pierre_Clemens_Contemporary_art_Brussels_Untitled-1995-Pastel-sur-plan-darchitecture-Athene-13-1506x1280

28 ème nuance de gris :

toujours le même artiste, 7.200 words. 2005. Digital print mounted on aluminium – 1 x 1 m. / 39,3 x 39,3 in.

Pierre_Clemens_Art_Brussels_Contemporary_Digital_Photography_2005

29 nuances de gris :

Father 150 cm x 110cm pastel on paper 2009, le pastel est en effet un outil irremplaçable pour cumuler les nuances de gris. Stéphane Balleux

408

30 ème nuance de gris :

Artiste numérique, Michel Cleempoel élabore une oeuvre qui questionne le monde et son apparence avec comme éléments principaux le temps et la lumière. La réflexion menée sur ces deux paramètres engendre un travail sur l’ombre, l’empreinte faite de souvenirs et de réminiscences.

g_GC10Cleempoel02

31 ème nuance de gris :

Pierre Cordier, né le 28 janvier 1933 à Bruxelles, est un artiste belge. Il est considéré comme le pionnier de la technique du « chimigramme » et de son développement comme moyen d’expression artistique.  Le chimigramme est une technique qui permet de produire des images avec les matériaux de la peinture et de la photographie.

tumblr_l7s94fyhFC1qb2qnco1_500

 

32 ème nuance de gris:

Michel Mouffe qui à l’inverse de Lucio fontana qui lacère ses toiles, laisse émerger une saillie qui module les gris de sa toile.

81_2_20130111MM05Copy

 

33 ème nuance de gris :

Les chaussures en métal de Joana Vasconcelos sont grises et brillantes. Elles dénoncent la condition des femmes.

joanavasconcelos1

 

34 ème nuance de gris :

 Pierre Clemens, série de paysages avec des nuances de gris différentes:

Pierre_Clemens_Art_Contemporary_Digital_Print_Brussels_Land1-gris-2000

 

35 ème nuance de gris :

Gris-moire, Anne -Sarah Le Meur,

La teinte du gris (plus ou moins sombre, plus ou moins vert) varie selon vos réglages d’écran.

grismoire_2

36 ème nuance de gris :

Soulages qui peint des oeuvres en noir mais dont la lumière révèle toute une série de gris.

soulages

37 ème nuance de gris :

Un alignement de petites peintures sur bois de format identique. Sous les spots de la galerie, leur surface vernie réfléchit des brumes blanchâtres. Mais si le visiteur se déplace et se rapproche, le reflet éblouissant disparaît, le gris scintillant fait place au noir. On découvre alors des paysages monochromes. Ceux-ci semblent surgir des ténèbres nocturnes, à peine éclairés par une lune lointaine et invisible. L’auteur de ces petites peintures est Aurore Pallet (née en 1982).

galerie-isabelle-gounod-aurore-pallet-les-annonces-fossiles_large

 

38 ème nuance de gris :

Jean-Michel Fauquet 

Les œuvres de Jean-Michel Fauquet résultent de procédés qui font appel au dessin, à la peinture et à la sculpture, avant de donner lieu à des photographies proches de l’estampe. Il s’agit essentiellement d’un travail d’atelier, où le sujet, fabriqué à partir de matériaux pauvres, est un prétexte qui suscite chez le spectateur un récit que celui-ci élabore à partir de sa propre mémoire et de son imaginaire. Sa façon de voir la lumière et les formes est très personnelle. Ses procédés de tirage autant que l’utilisation de papiers ou de supports particuliers en font aussi un alchimiste. “Je suis chargé d’une histoire qui va bien avant ma naissance”

29-le_Gd.S._J.M._Fauquet_01

 

Image-4

 

39 ème nuance de gris :

  Dire l’indicible de la peinture, outre son obscure évidence, la voiler aux mots ; équilibrer ses noirs aux gris d’une lumière échue à la violence de l’éclair, tel est le cri de Fabien Claude.

t13-118-60x50

 

40 ème nuance de gris :

Hiroshi Sugimoto, artiste japonais

Commencée en 1978, la série des théâtres l’a amené à photographier de vieux cinémas et drive-in américains. Sugimoto choisit d’exposer le film pendant toute la durée de la séance, le projecteur du cinéma fournissant l’unique source de lumière. L’écran lumineux et intensément blanc est au centre de la composition, les détails architecturaux et les sièges du cinéma devenant les seuls sujets de ces photographies. L’unique source de lumière donne à ces travaux un aspect irréel et donne à Sugimoto l’occasion de montrer le temps qui passe au travers de la photographie, technique de l’instantané.

sugimoto

 

41 ème nuance de gris :

Jean-François Rauzier, montre au contraire des grands formats très gris, une ville déserte abandonnée au sol défoncé, un univers de BD à la Bilal (La cité idéale, Piero della Francesca).

rauzier-cite-ideale.1238758696

 

42 ème nuance de gris :

Yang Yongliang, des images qui doivent êtres zoomées pour voir la pollution dans la ville. L’image est dans des nuances de gris, la ville semble comme morte, sans âme

Yang Yongliang - shan shui industrial pollution

 

43 ème nuance de gris :

Roberto Giuliani explore la matière des gris dans ses peintures très riches en textures et en gris colorés.

13582_188_2140 art-contemporain-giuliani-noir-05-geneve-suisse-580

 

44 ème nuance de gris :

Li Luming, Aiming, huile sur toile, 150 x 200 cm

19997310_p

 

Li_Luming

 

45 ème nuance de gris :

Seung Mo Park, artiste coréen, voir la vidéo pour comprendre sa technique: prise sous l’eau, la jeune fille évolue dans une piscine. L’artiste choisit le meilleur cliché en noir et blanc qu’il va reproduire dans une structure, un grillage métallique et qu’il va ajourer avec une pince pour obtenir des gris différents.

 

Photo-metallique-Seung-Mo-Park-blog-espritdesign-1 1082094690

Seung-Mo-Park-550x556

46 ème nuance de gris :

Installation de JR au Panthéon. Près de 4000 portraits occuperont à la fois le pourtour du dôme mais également certaines parties à l’intérieur du monument. Le nom du monument, Panthéon, vient du grec pántheion (πάνθειον), qui signifie « de tous les dieux ». Prévu à l’origine, au xviiie siècle, pour être une église qui abriterait la châsse de sainte Geneviève, ce monument a maintenant vocation à honorer de grands personnages ayant marqué l’histoire de France. Y sont notamment inhumés Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Sadi Carnot, Émile Zola, Jean Jaurès, Jean Moulin,Jean Monnet, Pierre et Marie Curie, André Malraux ou encore Alexandre Dumas, le dernier à y avoir fait son entrée en 2002.

l’opération menée par l’artiste de rue JR, consiste à faire entrer des portraits d’anonymes au milieu des grands hommes. Ces portraits en grisaille contrastent avec les teintes du bâtiment.

jr-inside-out-paris-pantheon-01-960x640

Coupole-Pantheon_inside_full_content_pm_v8

 

47 ème nuance de gris :

Annette Messager, dans Mes Voeux, choisit le noir et blanc pour ses photos où les gris sont bien présents.

mes-voeux-1989

 

48 ème nuance de gris :

Christian Boltanski travaille beaucoup les nuances de gris. Son oeuvre traitant de la mémoire de l’histoire, des petites et de la Grand Histoire, les gris hantent ses installations.

boltanski-monument-to-the-lyc

49 ème nuance de gris :

Bill Viola, en 1991, il réalise The Passing : une bande vidéo qui est une réflexion sur la vie et la mort, en réaction aux événements presque simultanés de la mort de sa mère et de la naissance de son deuxième fils. On peut y voir, accompagnés de sons sourds angoissants, des images de son fils, de sa mère agonisant sur son lit d’hôpital, de paysages déserts, de Viola se réveillant en sursaut dans son lit, d’objets tombants au ralenti ou dans l’eau, etc.

viola_0_1

 

50 ème nuance de gris :

Pour abriter les 49 nuances de gris, il nous faut un Musée tout en nuances de gris en harmonie avec ces oeuvres. Le Musée Guggenheim de Bilbao est exceptionnel. Conçu par Franck Gehry, il change de gris en fonction de la lumière du jour.

Guggenheim-bilbao-jan05 02_guggenheim_museum_bilbao_spain 43bf53_29a6e6ae30d624d6052f0e6c7027a452

http://www.visuelimage.com/verso/verso_54/couleur_01/index.htm

http://mbarouen.fr/fr/expositions/bernard-ollier 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Roman_Opa%C5%82ka

Autres thématiques dans le site:

 http://perezartsplasti ques.com/les-notions-dans-les-arts-plastiques/

A propos artsplastiques

J'ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon ouvrage unique d'arts plastiques chez Génération 5. Vous pouvez le commander sur ce lien http://www.generation5.fr/produits/Les-arts-plastiques-au-college--1607--23435--ens.php (copiez-collez le lien) Dans le menu de mon blog vous trouverez une page avec des détails sur ce livre: Les arts plastiques au collège chez Génération 5.

12 réponses

  1. Puis-je proposer une 51e nuance?… En peinture, je pense tout de suite à « Marine (mer-mer), Gerhard Richter, huile sur toile, 200X200, 1970 » : de la mer à perte de vue, à l’envers et à l’endroit, sur des teinte de gris à peine bleutés…
    Je vous envoie très vite un petit document, comme promis… 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s