Les fonctions de l’illustration par rapport au texte

La fonction de répétition :

La fonction de répétition est le fait qu’un message qui est relaté une première fois semble être répété une deuxième fois mais dans un autre langage. Il n’y a pas d’information supplémentaire. Le lecteur a l’impression de lire deux fois le même message mais de manière différente. Cette fonction est rassurante pour les petits lecteurs.

La fonction de sélection :

Dans cette fonction, le texte sélectionne une partie de l’image pour écrire son message. Le texte porte sur des éléments précis de l’image qu’il sélectionne. L’illustration se concentre sur un aspect précis du texte.

La fonction de révélation :

Le texte et l’image se complètent et révèlent l’autre. La compréhension de l’histoire passe par le texte et l’image.

La fonction complétive :

Il y a une réelle dialectique entre le texte et l’image. Quand on lit le texte et qu’on contemple l’image, il y a la compréhension d’un sens global qui permet de saisir le message délivré. L’un et l’autre sont indissociables pour combler les lacunes. (image de la mère bienveillante avec sa fille)

La fonction de contrepoint :

Il y a une fonction de contrepoint quand par exemple le texte se focalise sur les dialogues et que l’illustration montre les personnages de manière minimaliste. Ou alors le texte est minimaliste tandis que l’illustration foisonne de détails.

La fonction d’amplification :

Le texte ou l’image peut en dire plus que l’autre mais il n’y a pas de frottements, de contradiction. Des détails qui ne sont pas présents dans le texte par exemple.

La fonction de disjonction :

Il y a un rapport contradictoire entre le texte et l’image. Le rapport de disjonction est le fait que le texte et les illustrations sont en stricte contradiction ou alors ils n’entrent pas en stricte contradiction (on ne repère aucun point de convergence).

Il est intéressant d’analyser les peintures d’histoire en fonction de ces paramètres car les peintres ont adopté des points de vue différents sur les textes et récits. La fonction de la peinture n’est pas toujours la même. Par exemple, la chute d’Icare de Brueghel endosse une fonction de sélection mais aussi d’amplification voire de disjonction.

Source : page 12

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00750403/document

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s