Collaboration ou coopération en arts plastiques ?

Le travail remonte à la nuit des temps et dès que celui-ci s’est spécialisé c’est-à-dire que se sont posées les questions de son organisation : la collaboration et la coopération ont été des moyens pour pouvoir y répondre’.

François Bocquet

Quand parle-ton de travail collaboratif ?
« Quand deux ou plusieurs personnes
- échangent des points de vue sur des informations existantes
- planifient et gèrent leur temps
- organisent leur travail collectif
- partagent de l'expérience
- définissent des objectifs communs
- construisent des informations ensemble
- construisent des compétences ensemble

Quand parle-ton de travail collaboratif ?
Quand deux ou plusieurs personnes travaillent en mode synchrone
- dans le même milieu (salle de réunion, cafétaria, préau ou couloir...)
- dans des lieux différents (audio-conférence, visio-conférence, partage d'application). » (5)

La collaboration :

La collaboration est l'acte de travailler ou de réfléchir ensemble pour atteindre un objectif. Dans son sens commun, la collaboration est un processus par lequel deux ou plusieurs personnes ou organisations s’associent pour effectuer un travail intellectuel suivant des objectifs communs. wikipedia

"La responsabilité est globale et collective. Tous les membres du groupe participent à l’action et en concertation. Chacun peut concourir pour augmenter la performance du groupe et les échanges sont constants. C’est la cohérence des actions qui permettra au groupe d’atteindre son objectif. Le travail collaboratif engage davantage l’humain que le travail coopératif et dans ce sens il est plus difficile à mettre en place car certains voudront occuper une place plus importante que les autres. Mais sa performance est sans égal : la valorisation du capital humain est une marque d’intelligence collective." (1)

La collaboration signifie alors « travailler avec ». C’est un travail d’équipe qui s’élabore autour d’un projet qui n’appartient pas toujours à tout le groupe. On collabore souvent aux projets des autres sans en avoir l’initiative ni la gestion de leur développement. En conséquence, il est possible de collaborer au projet d’un autre en « faisant avec », sans nécessairement mettre en valeur le « faire ensemble ». Il est possible, par la collaboration, d’avoir un rapport particulier avec un groupe sans nécessairement faire partie du groupe. Ce qui compte avant tout dans un processus collaboratif, c’est le résultat de la collaboration. (3)

Organisation du travail qui s’entend sur une situation de travail collectif où les tâches et les buts sont communs.

Travail collaboratif
« Dans le cadre d'un travail réalisé de façon collaborative, il n'y aura aucune répartition du travail entre ses participants. En effet ces derniers travailleront tous ensemble à chaque étape de l'élaboration du travail. Il sera donc impossible, une fois le travail réalisé, d'identifier le travail fourni par chacun.
Ce type de travail se base sur les capacités de communication et d'interaction de chacun. » (5)

La coopération

Le terme de « coopération », dérivé du latin « co-operare » (signifiant œuvrer, travailler ensemble) recouvre différentes significations. Selon la signification la plus large et la plus courante, la coopération décrit un état d'esprit et un mode de comportement où les individus conduisent leurs relations et leurs échanges d'une manière non conflictuelle ou non concurrentielle, en cherchant les modalités appropriées pour analyser ensemble et de façon partagée les situations et collaborer dans le même esprit pour parvenir à des fins communes ou acceptables par tous. wikipedia

Dans la coopération la répartition du travail est bien définie vers un même objectif. La négociation se fait au préalable puis les membres du groupe agiront de manière autonome.

Etymologiquement, « operor » signifie travailler, effectuer, produire et « laboro » se traduit par travailler, se donner de la peine, le préfixe « co » supposant le fait d’agir ensemble et donc, nécessairement, à plusieurs. Par conséquent, entre opération et labeur, la notion de collaboration révèle une implication plus forte par la peine à laquelle elle fait référence (1)

"Coopérer est différent. Cette action signifie « faire oeuvre commune » c’est-à-dire construire ensemble un ouvrage collectif. La coopération exige un haut degré de confiance en soi et en l’autre. Elle implique continuellement une responsabilité mutuelle. Une forme de permanence est présente dans le concept de coopération. La coopération exige l’union d’un groupe de personnes autonomes et responsables, poussé par un intérêt commun, à explorer ensemble des possibilités novatrices qui permettent de répondre à un besoin partagé qu’une personne ne peut réaliser seule."(3)

Organisation collective du travail dans laquelle la tâche (résultat attendu) est fragmentée en sous-tâches.

Travail coopératif
« Dans le cadre d'un travail réalisé de façon coopérative, il y aura une répartition claire du travail entre ses participants. De façon concrète, il sera assigné à chaque élève une tâche claire et concrète. Par la suite, les travaux individuels de chaque élèves seront assemblés et formeront le travail final.
Dans cette forme de travail l'apprenant sera responsable de sa propre production, mais il devra néanmoins apprendre à interagir avec les autres participants afin que le travail final puisse être cohérent. » (5)

Ce que disent certains chercheurs… (2)

« Le mode coopératif résulte d’une division négociée (rationalisée) a priori d’une tâche en actions qui seront attribuées (réparties) entre des individus qui vont agir de façon autonome. Les interactions se limitent à l’organisation, la coordination et le suivi de l’avancement (souvent sous la responsabilité d’un individu chargé de s’assurer de la performance individuelle de chacun). La responsabilité de chacun est limitée à garantir la réalisation des actions qui lui incombent : c’est la concaténation progressive et coordonnée du fruit de l’action de chacun qui permet d’atteindre l’objectif. » (Jean Heutte, 2003)

« Une certaine division du travail existe dans toute collaboration mais celle-ci est spontanée, basée sur un engagement, un désir de participation libre, alors que dans la coopération, elle est demandée et raisonnée. » (M-F. Blanquet)

« Au contraire de la compétition, la coopération favorise les interactions entre les individus, la responsabilité de chacun envers les autres et le développement d’habiletés sociales. » (Donald Long) (2)

Travail coopératif vs simple travail en groupe

Pour Alain Derycke, le travail en mode  coopératif va plus loin que le simple travail en groupe. Il les distingue de la manière suivante :

Travail coopératif Travail en groupe
Interdépendance positive. Absence d’interdépendance.
Hétérogénéité dans la composition du groupe. Homogénéité dans la composition du groupe.
Partage de la fonction de leadership. Un leader par groupe.
Responsabilité de chacun des partenaires. Responsabilité de soi-même.
Accent sur la tâche et la gestion de l’interaction pour la réalisation. Accent exclusivement sur la tâche.
Formation pour le développement des compétences au travail en équipe. Méconnaissance des compétences requises pour le travail en équipe.
Position active du responsable ou meneur qui observe et intervient dans l’interaction. Position passive du responsable oou meneur qui ne prend pas une place d’acteur (médiation) dans l’interaction.

Ainsi, « le travail coopératif est accompli par une division du travail dans laquelle chaque personne est responsable d’une partie de résolution d’un problème. La collaboration implique un engagement mutuel des participants dans un effort coordonné pour résoudre ensemble le problème. (1)

Jean Heutte
« La distinction entre coopératif et collaboratif s'opère en distinguant les relations qu'entretient chaque individu avec les membres du groupe, sa responsabilité par rapport aux actions, sa capacité à influer sur la définition et l'enchaînement des actions permettant d'atteindre l'objectif assigné au groupe. »

Nous en déduirons, en conséquence, que le travail coopératif se définit comme une forme d’organisation conjointe du travail où chacun des opérateurs est responsable pour sa part, parce qu’elle est identifiable, mesurable et prédéfinie par un coordinateur, responsable et représentant de l’autorité alors que le travail collaboratif est une forme d’organisation solidaire du travail où chacun est responsable pour le tout, sans que la part individuelle puisse être systématiquement isolée, la coordination se faisant par ajustement mutuel. (1)

À la lumière de cette analyse, le succès de la collaboration repose sur les relations interpersonnelles et, de façon plus précise, sur la capacité à gérer nos relations professionnelles alors que le succès de la coopération s’appuie davantage sur l’efficacité des processus de travail. La capacité à gérer ses relations professionnelles est une compétence transversale et préalable à plusieurs autres compétences. (4)

Schéma de la collaboration

Prolongements

Image : Bray, Jan de Regents of the Children's Orphanage in Haarlem

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.