Le robot dans l’art

A l’occasion de l’exposition au Grand Palais « les robots dans l’art », voici quelques oeuvres traitant de ce sujet.

Olympe de Gouges, Nam June Paik, la fée électronique, 1989 Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, née à Montauban le  et morte guillotinée à Paris le , est une femme de lettresfrançaise, devenue femme politique. Elle est considérée comme une des pionnières du féminisme français.

Toujours de Nam June Paik, Robot

Les robots de Mike Rivamonte réalisé avec des objets de récupération vintage.

Le robot-peintre The Big Picture, du collectif Robotlab (Allemagne), réalise de son côté une oeuvre picturale grand format pendant… les neuf mois de l’exposition.

« Senseless Drawing Bot », de So Kanno etTakahiro Yamaguchi. (Yohei Yamakami)

« Rien ne vient de rien » est une installation de l’artiste Michael Salter, mettant en vedette son robot à grande échelle, assis en position de lotus, fabriqué à partir de matériaux d’emballage en mousse de polystyrène recyclé.

Robot exposé à Londres

 

Anti-Robot de Karel Appel

Sophie Cavaliero

Autoportrait Robot (Arman)

« Guido, le robot guide » (2015), de Paul Granjon.

Studio Rémi Villaggi –

ArtStation – Eddie , Paul Braddock

WE ARE ROBOTS YANN SCIBERRAS : ARTYCLIP

Le robot permet de recycler des matériaux et des objets pour leur donner une nouvelle vie. Le pionnier dans cet art fe l’assemblage de moniteurs et télévisions est Nam June Paik qui a de plus donné une vision sociale et politique de son robot avec Olympe de Gouges. Elle lève le bras comme pour lever le poing. « Olympe de Gouges est un assemblage de 12 postes de télévision en bois, 12 moniteurs couleur, 1 lecteur vidéodisque laser, tissu, fleurs en tissu.
Sur les parois latérales idéogrammes chinois peints : « femme française ; Vérité ; Bonté ; Beauté ; Liberté ; Passion »
Ce pseudo robot est un des éléments d’une installation commandée à Nam June Paik par la Ville de Paris à l’occasion de la célébration du bicentenaire de la révolution française en 1989. » (1) L’ensemble installé dans l’entrée du musée d’art moderne est composé d’une grande structure évoquant un portique antique : « La Madeleine Disco » ; et de quatre autres robots : « Rousseau » ; « Robespierre » ; « Voltaire » ; Diderot ».(1)

La peinture servant de décor à cette installation est La fée électricité  de Raoul Dufy.

(1)https://www.collegebrossolette.com/spip.php?article520

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.