Le tour du monde en bijoux ethniques

Le bijou a plusieurs fonctions selon les ethnies. Ils peuvent montrer l’appartenance à un milieu social ou au contraire apporter protection, faire référence aux croyances selon les coutumes. Fabriqués le plus souvent avec les ressources naturelles de la région, ils peuvent être exubérants comme discrets selon les traditions. Ce voyage permet de découvrir la beauté de l’humain à travers le monde et son appartenance. La beauté des matériaux nobles et naturels permettent de réaliser des parures spectaculaires. Formes, couleurs, matières, lumière rayonnent dans ces bijoux aussi précieux que fragiles pour certains. Toutes les cultures ont donné leur meilleur pour les concevoir et offrent ainsi une part indéniable de leur humanité à qui veut bien les voir.

L’afrique :

La raison d’être d’un vêtement est plurielle et varie fortement selon les cultures et les périodes de l’Histoire :

–  pratique (protection)

–  symbolique (signaler une posture morale)

–  sociale (afficher un statut).

jeunes filles de la tribu Rendille du Kenya: la beauté des couleurs et des textures est frappante. Les jeunes femmes sont magnifiées par ces parures. Les couleurs des perles ont toutes une signification par exemple le rouge est un signe de vitalité.

Jeune fille Masaï, Les Maasaï, ou Massaï en graphie française traditionnelle, constituent une population d’éleveurs et de guerriers semi-nomades d’Afrique de l’Est, vivant principalement dans le centre et le sud-ouest du Kenya et au nord de la Tanzanie. Il est intéressant de remarquer la continuité des boucles d’oreilles qui se fondent dans les colliers.

Nayiloang, a young Maasai woman, of Tipilit village in Kenya

Jeune fille Masaï portant les colliers traditionnels | © Jim Zuckerman. Le visage est le support des bijoux également.

« Les Massai utilisent les bijoux (comme le peuple zoulou d’Afrique du Sud)  pour exprimer une situation particulière dans la vie d’un homme ou d’une femme, les assemblages de certains bijoux sont faits de sorte à ce qu’ils indiquent la classe sociale des massai et des non-massai. Ils s’agit donc de bijoux remplis de symboles, d’histoires et de code à respecter scrupuleusement. » (1)

« Le peuple Edo ou Bini ( Origine du nom Bénin )est un groupement ethnique qui vit principalement dans l’état d’Edo reparti sur le Delta, Ondo et Rivers state au Nigeria. Ils parlent la langue Edo et sont les descendants des fondateurs de l’Empire du Bénin.(…)Ce peuple est surtout connu pour leur amour du rouge ainsi que des splendides parures de corail qu’ils exhibent, particulièrement lors des mariages.Ces bijoux ainsi que les plus belles parures sont réservées surtout aux femmes. » (2)

Jeune femme peul, fulani avec des bijoux traditionnels de graines et de coquillages :

Collier torque fulani doré :

L’Afrique centrale, Tchad, Les Woodabés,(littéralement) « les hommes de l’interdit », Peuls du sud du Tchad, figurent parmi les derniers nomades d’Afrique. C’est un peuple pastoral, très attaché à ses vaches rouges aux immenses cornes. L’élevage est leur seul métier puisque pour eux, tout le reste n’est que mensonge ; leur grandeur et leur notoriété se mesurent au nombre de vaches qu’ils possèdent.

 

 

« Depuis les temps les plus anciens, les Woodabés ont observé que chez les oiseaux, les mâles sont souvent plus beaux et plus spectaculaires que les femelles. Au cours de leur fête annuelle du Worso les hommes se maquillent, se parent et reproduisent les gestuels et les sons des parades d’oiseaux pour séduire les femmes. »(3)

Africa | Thoningele – une magnifique mère Mumuhuila. Angola

Vidéo montrant la fabrication des perles africaines : le travail est fastidieux : les perles sont fabriquées une par une.

Afrique du Nord :

Bijou ethnique marocain :

BIjoux kabyles de mariage,

L’asie :

Bijoux en argent du groupe ethnique Miao. Un dicton du groupe ethnique Miao dit ceci: « la beauté des faisans dorés repose dans leur plumage, celle des filles de la minorité Miao dans leurs ornements en argent ».

La dynastie Tang avec ses costumes traditionnels Hanfu. Les bijoux sont discrets mais apportent la touche finale très raffinée.

Bijoux de tête de l’opéra cantonais :

Opéra de Pékin ou de Beijing, les bijoux de la coiffe sont spectaculaires

Famille Chang’an, la coiffe est un bijou très ouvragé.

Les Padaung, aussi connus sous le nom de Kayan, sont un sous-groupe du peuple Karenni qui est une minorité ethnique tibéto-birmane du Myanmar. En 1990, à cause du conflit avec le régime militaire birman, beaucoup de Kayan sont partis pour la Thaïlande voisine. Leurs parures consistent en une sorte de collier-spirale en laiton enroulé autour du cou des femmes, ce qui a amené les observateurs à leur donner le nom de « femmes girafes » ou « tribu des longs-cous. » Les Birmans nomment ces femmes, les femmes aux longs cous car ils ne veulent pas les identifier à des animaux.

Au Japon, les Geisha portaient des parures élégantes et raffinées dans les cheveux.

L’Europe :

En Ukraine, les jeune filles sont habillées par des fleurs pour montrer leur innocence et les protéger des mauvais esprits.

L’atelier Tetri Pivni réalise de magnifiques compositions pour perpétuer la tradition.

 

Femme ukrainienne dans son costume traditionnel :

Parure traditionnelle autrichienne avec des rangs de perles blanches :

 

La Sardaigne : des rangs dorés sont portés par la jeune fille magnifiquement parée.

L’Espagne :

costume traditionnel de Valence

La robe de féria andalouse : les bijoux de cheveux mettent en valeur les chevelures des jeunes femmes.

Costume traditionnel de gitane avec des boucles d’oreille bien connues.

Robe de flamenco : les bijoux de cheveux sont précieux faits en corne avec des fleurs fixées dessus. Elles portent rarement des colliers qui pourraient les gêner pendant la danse. Le châle en soie brodé remplace ce dernier.

Bijoux grecs dans les îles :

L’inde :

Les bijoux de mariage bollywoodiens sont exubérants et très ouvragés.

L’amérique :

Les Kachinas portent des bijoux faits en os et en plume pour montrer leur rang social. Les Hopis sont des artistes réputés pour leurs vanneries, leurs poteries et leurs bijoux en argent.

A gauche : « Piopio-Maksmaks » et ses colliers, tribu Walla-Walla, Plateau – Edward Sheriff Curtis, dépôt de la photo 1905, A droite : Apohsuyis « Weasel Tail » portant les colliers d’os et de griffes de grizzli, la coiffe de guerre en plumes d’aigle et peau de belettes, la tunique en daim et la pipe tomahawk, Grande plaine, tribu Piegan – Edward Sheriff Curtis, dépôt de la photo 1910 © Musée du Nouveau Monde, La Rochelle

Bijoux ethniques amérindiens en turquoise

Boucles d’oreilles mexicaines:

Costume traditionnel du Mexique :

Le Carnaval de Rio est un évènement où le bijou peut devenir extravagant

L’Océanie :

La Papouasie Nouvelle Guinée: matériaux nobles et éphémères sont utilisés pour les parures. Ce contraste les met en valeur.

Tahiti et la Polynésie : les fleurs et les coquillages font de splendides parures qui sont offertes lors des départs et des arrivées. Les spectacles de danse sont aussi l’occasion d’admirer les merveilleuses compositions à base de coquillages et de fleurs.

Photo de Striderv sur flickr

Coquillages, nacres et perles ornent de belles parures :

Colliers de coquillages de Rangiroa

Les hommes comme les femmes portent des colliers traditionnel comme l’hameçon de la légende de Maui taillés dans la nacre. En Océanie la sculpture est très pratiquée par les artisans.

L’art contemporain :

Mona LuisonOn Earth,  bijou fabriqué avec des objets échoués sur la plage

 

(1) https://www.ikhayamossy.com/blogs/mode-africain-1/bijoux-ethnique-kenya-massai-et-bronze

(2) https://mariageafro.fr/inspirez-vous/inspiration-mariage-africain/inspiration-mariage-traditionnel-africain-lethnie-edo-au-sud-ouest-du-nigeria-15.html

(3) http://www.grands-reporters.com/Les-Woodabes.html

Pour aller plus loin : une histoire du bijou

https://madparis.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/dossiers-thematiques/une-histoire-du-bijou/

Une histoire du bijou africain de l’Antiquité à nos jours

http://www.courrierdesafriques.net/2015/06/afrique-vetements-et-parures-de-lantiquite-a-nos-jours

Le choix des contrées représentées dans cet article a été guidé par l’aspect spectaculaire des bijoux et par la qualité des photos présentées. L’idée sous-jacente est la réexploitation en classe des références. C’est pour cette raison que bien des régions sont absentes de cet article dans lequel tout ne pouvait pas être traité. A vous de le compléter. Si vous avez d’autres pistes, envoyez-moi un commentaire et je peaufinerai cet article. Bon voyage !

La page Tour du Monde :

Les tours du Monde

Autres thématiques ici :

Les constituants dans les arts plastiques

 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.