La médiation scolaire par Marielle Planel, Médiateur

La médiation est un apprentissage, un Processus de Prévention et de Résolution des différends et des conflits. Ce processus n’est pas inné, il s’apprend et se met en pratique.

Pour lutter contre la violence, c’est un travail qui commence -au-delà du terrain familial, dans les cours d’école ; c’est là que les enfants apprennent à se comporter les uns avec les autres, et dans les classes où ils rencontrent les enseignants pour apprendre dans les règles du respect.

Les professionnels de l’éducation sont de plus en plus confrontés, dans l’exercice de leur fonction, à des jeunes agressifs sans réellement savoir comment intervenir efficacement auprès d’eux.

La médiation scolaire permet l’accompagnement et la gestion pacifique des mésententes, des différends, voire des conflits.

Elle n’est pas la panacée qui permettrait d’instaurer la paix partout.  C’est une expérimentation dont il est possible de tirer un grand nombre d’enseignements.

En effet, il n’est pas possible d’empêcher les conflits car ceux-ci sont inhérents à la condition humaine :

« Je suis un homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger » Térence né en -190 !

La médiation est un Processus éducatif permettant aux personnes concernées de prendre conscience de leur propre cadre de référence (leurs Valeurs, leurs Besoins, leurs Perceptions et croyances…) au regard du cadre de référence de l’Autre ;

Car c’est toujours sur ce territoire que se jouent les incompréhensions, les inconforts relationnels, les différends voire les conflits.

Au Canada, les expériences de médiations scolaires sont multiples et instaurées dans la culture éducative au sein des établissements.

La médiation en milieu scolaire a besoin de s’inscrire dans un programme de formation des élèves volontaires.

Le plus souvent, les groupes de médiateurs sont composés de membres du personnel d’établissement et de représentants des élèves sélectionnés par l’ensemble des élèves pour leur créativité et leur rôle positif dans les situations conflictuelles.

Ces médiateurs suivent une formation initiale de 7 heures (au mieux de 14 heures avec la mise en place d’ateliers de pratique), où ils commencent par identifier leur propre attitude en situation de conflit, puis s’approprient le cadre et les outils de la posture du Médiateurà savoir :

  • sa neutralité
  • son impartialité
  • son engagement à la confidentialité absolue des échanges en médiation ; aucun compte rendu détaillé des propos échangés ne doit être établi
  • sa maitrise des outils :

la maîtrise de soi,

les techniques de reformulation,

l’accompagnement des émotions,

les prises de consciences réciproques

la création des petits et grands accords entre les personnes qui sont : « les engagements réciproques »

  • l’entrainement de la pratique par des mises en situation pour évaluer ses propres attitudes et adapter ses propres comportements.

Le déroulement du processus de médiation doit ainsi respecter le schéma de la roue de Thomas Fiutak :

  • Informer les personnes concernées sur le Processus de médiation ; comment ça fonctionne ? dans quel temps ? dans quel Cadre ?
  • Ecouter les parties en présence
  • Résumer en reformulant la compréhension respective des faits, des perceptions et des besoins,
  • Permettre l’expression de solutions au travers de valeurs communes
  • Concrétiser sous toute forme les engagements respectifs : à la convenance des personnes l’accord peut rester confidentiel entre eux, voire être remis en copie à la personne de leur choix commun.

Le Processus de médiation accompagné permet de créer une nouvelle collaboration, sereine, paisible et pérenne ; une relation nouvelle sur « un nouveau territoire » sans ramener les personnes à ce qu’elles ont pu faire ou dire auparavant, en avançant vers une nouvelle façon d’ETRE et de FAIRE :

  • Comment désormais communiquer ?
  • Comment mieux coopérer sur un besoin commun ?
  • Comment se coordonner pour avancer avec nos différences ?

Il est important pour l’école de développer un processus qui lui soit propre, adapté, à son environnement, à ses composantes culturelles, etc.

Quels sont les avantages de la médiation au collège ?

Les collégiens comprennent très vite que le médiateur est là pour les aider et non les juger, contrairement au CPE et au principal par exemple. La médiation permet d’éviter que des conflits ne dégénèrent, tout le monde y trouve son intérêt, à commencer par ceux qui ont l’insulte facile

Le médiateur favorise la reprise du dialogue, et permet la compréhension réciproque des problèmes à l’origine du conflit. Aucune information échangée en médiation ne peut être dévoilée que d’un commun accord entre tous.

La médiation scolaire est un outil proposé aux élèves pour les aider à résoudre par eux-mêmes les différends qui surgissent entre eux.

Les élèves, enseignants et salarié volontaires à la posture de médiateur ont besoin d’une formation aux Processus et outils de la médiation d’environ 15 heures. Par ailleurs, il est utile qu’ils puissent être accompagnés par 2 à 3 séances annuelles d’analyse de leurs pratiques de la médiation pour leur permettre de préserver leur posture neutre, impartiale, et confidentielle, et de s’améliorer.

Qu’est-ce que la médiation entre pairs ? La médiation par les pairs est le processus qui permet, lors d’un conflit, l’intervention de personnes extérieures au conflit et formées pour dépasser le rapport de force et permettre de faire trouver aux élèves concernés une solution sans perdant ni gagnant. Cette approche investit les enfants d’une responsabilité particulière dans l’organisation et le suivi des étapes d’une médiation entre eux, sans l’intervention d’un adulte.  Ils disposent de tous les outils concrets d’activation de médiation, l’expression des émotions, l’écoute active, la reformulation, et la recherche de solutions. 

Quelles sont les étapes de la médiation ?

1ère étape : chacun rencontre individuellement le médiateur, de façon confidentielle (aucun rapport n’est remis à qui que ce soit) et de façon bienveillante, sans jugement, sans mettre en défaut qui que ce soit.

2ème étape : une ou plusieurs séances de médiation collective entre les personnes concernées et le médiateur. Cette étape permet les prises de conscience réciproques des cadres de référence respectifs ; c’est-à-dire des Valeurs, des Besoins et des Perceptions de chacun.

3ème étape : rédaction, mise en forme des accords de médiation convenus entre les personnes.

4ème étape : une rencontre à 3-4 semaines après les engagements de la 3ème étape avec le médiateur pour prendre conscience des évolutions et des besoins complémentaires utiles aux personnes en médiation.

Comment faire passer un message non violent ?

La Communication Non Violente (C.N.V.) est un mode de communication qui s’apprend et s’acquiert comme un nouveau langage.

Lors d’un conflit ou d’un désaccord, nous sommes submergés par nos émotions. Sans recul, nous réagissons « à chaud » et plutôt que prendre le chemin de la résolution du conflit, nous aggravons ce dernier en formulant des paroles blessantes, des reproches, de la colère.

La situation se bloque très vite car nous n’écoutons que nos ressentis et n’essayons pas de comprendre l’autre.

La C.N.V. met en place un mécanisme d’empathie et d’écoute active de l’autre.

L’objectif de la C.N.V. est de favoriser la bienveillance et actionner le langage du cœurc’est-à-dire de l’intelligence émotionnelle pour devenir intelligence relationnelle, et parvenir à la résolution des conflits.

La C.N.V. repose sur quatre axes fondamentaux :

  • l’observation de la situation,
  • la reconnaissance des sentiments,
  • l’identification des besoins sous-jacents,
  • l’expression d’une demande.

Avec le soutien de conseillers scolaires, les élèves vont présenter le Programme de Médiation dans chaque classe ainsi qu’au Conseil de parents.

Pour que le processus de médiation puisse fonctionner, il est fondamental de créer :

  • Un « Service de médiation scolaire »

qu’il soit intégré dans l’ensemble du projet pédagogique de l’établissement

afin d’investir l’ensemble des collectifs :

  • De créer ce collectif composé d’élèves volontaires, d’enseignants volontaires, de membres du personnel volontaires, et de représentants des parents volontaires.
  • D’organiser une formation suffisante du collectif (maxi 15 personnes) : 2 journées de 7 heures.
  • De permettre un suivi des pratiques des personnes du Service de médiation scolaire : au minimum 2 rencontres d’accompagnement en analyse de pratique (2x 4 heures) par année scolaire avec un médiateur Analyseur de pratiques.

Ce mode de communication irrigue les principes de l’éducation bienveillante.

Les bienfaits sont concrets : résolutions des conflits, apaisement, sentiment d’être écouté et compris, sentiment de responsabilité.

Il n’y a pas d’âge, ni de statut ni d’origine sociale,

qui ne soit pas concerné par le mieux vivre ensemble dans le respect des différences.                                                                                            

Avancer pour la Culture d’un dialogue constructif, responsabilisant, permettant la renaissance des Valeurs communes comme le RESPECT et la RECONNAISSANCE est toujours une nouvelle NAISSANCE pour tous !

Nous intervenons régulièrement en établissements scolaires aussi bien pour former les adultes que les élèves, pour accompagner des médiations entre les jeunes comme entre les moins jeunes… OSEZ PRENDRE L’AVANTAGE !

SIte de Marielle PLANEL, FORMATION-MEDIATION-ACTIVE

Formation-Médiation-Active

 

2 commentaires

Répondre à Ezviz Sri-lanka Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.