La carte de géographie dans l’art

Les cartes de géographie et routières ont séduit de nombreux artistes comme support ou matériau de leurs productions. A la fois planes et représentant un espace plus grand qu’elles, elles interrogent la figuration. Dans cet article nous nous intéresserons aux artistes qui mélangent les cartes avec des techniques planes créant ainsi une double lecture dans la représentation. Nous verrons aussi d’autres propositions où les codes et les signes de la cartographie sont réinventés.

Vermeer en 1668 dans L’astronome, représente un globe céleste baignant dans la lumière. L’objet est au centre de la composition.

« Les cartes relèvent à la fois du visible et du lisible. Elles sont un composé d’images et de signes – d’images qui peuvent avoir valeur de signes – et de signes qui font parfois images, le rapport des uns aux autres étant complexe. (…)Les cartes vont représenter pour les artistes un instrument de rupture, une modalité critique dans le régime de la représentation. . »(1)

Alechinsky utilise des cartes comme support et il trace des figures par dessus qui entrent en dialogue avec elles.

La carte donne une texture particulière aux figures et celles-ci dessinent d’autres espaces dans la carte.

© Elsa Leydier, Sans titre, série Data Loss, 2015. La carte devient transparente et rouge sang, couleur inhabituelle.

Didier Trigila, (cahier de Joséphine)

 Peggy Dembicer, titres non mentionnés par la ressource.

A la recherche des objets perdus… un livre d’artiste de Ghislaine Escande et Gilbert Lascaux.

Josette Villeneuve, Revenir chez soi (2012) huile, graphite crayon sur carte géo. marouflée sur bois, 100 x 121 cm

Josette Villeneuve, Ëtre dans tous ses États (2011), huile, graphit, crayon sur toile géo. marouflée sur bois, 100 x 121 cm

Les cartes imaginaires de Philippe Abril, reprennent les codes des géographes pour créer de nouvelles représentations de l’espace. Ce qui est intéressant dans cette peinture c’est la distribution de l’espace : à l’arrière plan on trouve des surfaces colorées et les signes divers sont au premier plan. Les deux plans se téléscopent.

Boetti, Mappa, 1990, cette tapisserie (broderie sur du lin) mélange les planisphères avec les drapeaux des pays.

Mathieu Rousso Planisphère, 2017, Sculpture122 x 205 x 3.5 cm

Brankiça Zilovic dans Peel planisphère, de 2016, représente les continents en déliquescence. Les fils tombent mollement sur le sol.

Par Alban, America latina, acrylique sur toile

Dans les années 1990, Paula Scher a commencé à peindre des cartes typographiques colorées du monde, de ses continents, pays, îles, océans, villes, rues et quartiers.

Matthew Cusik, Manyrivers. Deux  représentations  spatiales  coexistent  dans  la  toile.

L’artiste Laura Wills convertit les cartes en perspectives totalement différentes et créatives.

Entre Maroni et Oyapock Peinture par MarieKVerbois

Cette carte du corps version métro (artiste non mentionné) est intéressante et peut donner lieu à des séquences ludiques :

Pulses (Cityspace # 216) de Emily Garfield

(1) https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2010-3-page-197.htm121#

(2) https://www.wired.co.uk/article/nikki-rosato-map-portraits

 

6 commentaires

  1. ANNE CONTART

    Bonjour,
    J’ai pensé à l’artiste Mona Hatoum
    lors de l’exposition au Centre Pompidou à Paris 2015,
     » Hot Spot « ,  » Villes en 3 D: Beyrouth  » ,…
    Cordialement / Anne 🎨

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.