L’icône dans l’art

« Par rapport à l’Occident, tout en Russie se hausse d’un degré : le scepticisme y devient nihilisme, l’hypothèse dogme, l’idée icône. »

Histoire et Utopie
Emil Michel Cioran

Abstract Light Bulb

À l’origine, le terme icône désignait toute image religieuse, quelle qu’en soit la technique (peinture, mosaïque, orfèvrerie, tissu…).

L’icône est un type d’image (« sainte image » selon la tradition chrétienne) bien particulier qui a vu le jour pendant la période byzantine dans la religion chrétienne orthodoxe. Aujourd’hui, elle vise le type d’images qui désigne soit un programme informatique soit une catégorie de symboles qui circulent dans les messages informatiques.

Quels sont les points communs ? Pourquoi avoir choisi ce terme parmi tant d’autres ?

Tango-example_icons

Quelle est la parenté entre ces deux types d’images, icône religieuse et icône informatique ?

Une icône, (du grec εικόνα eikona) « image », est une représentation de personnages saints dans la tradition chrétienne.  L’art de l’icône s’est épanoui dans l’espace de l’empire romain d’Orient, dit (depuis le XVIe siècle) empire byzantin.

Goldenlocks

Le Voile de sainte Véronique relate une histoire bien connue des religieux et des amateurs d’art : sainte Véronique essuie le visage de Jésus de Nazareth à la sixième station du Chemin de croix. Sur le linge reste marquée la face du Christ. Le nom même de Véronique est une déformation du prénom Bérénice. De cette manière, le prénom Véronique semble signifier par un assemblage latino-grec (vera eikona) la « vraie icône». C’est une image achéiropoiète c’est-à-dire non faite de main d’homme.

Le  Greco

sainte_veronique__n

Ce qui frappe immédiatement quand on observe ces deux types d’icônes c’est leur frontalité, leur lisibilité faisant d’elles comme une sorte d’image signalétique ne comportant aucune ambiguité.

Vers les IVe et Ve siècles, à partir de la paix constantinienne, l’icône connaît une réelle floraison. Elle veut présenter l’exemple de saints personnages, en garder la mémoire, illustrer les principaux événements de l’Ancien et du Nouveau Testament. Les icônes sont souvent des représentations de Saints et autres personnages sacrés, soit en peinture sur bois mobile, soit sous forme de mosaïque s’affichant sur les murs des édifices.

Les icônes religieuses sont souvent des représentations symboliques du monde et n’ont aucune prétention d’imiter le réel. Il s’agit de transmettre un monde transfiguré et religieux. L’icône a pour but de faire transparaitre le divin. L’Être divin transcendé à travers son image cultuelle doit se révéler au croyant. Elle est manifestation et incarnation du divin. De nos jours, la plupart des icônes sont peintes sur un support en bois. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Si la première icône fut un linge (mandylion), au IXe siècle, il y avait des icônes en mosaïque, en or, en argent, en ivoire ou en émail cloisonné. La forme même des icônes est variable, généralement rectangulaire, il en existe des rondes et des ovales.

 

Lorsqu’on compare par exemple les émoticônes et les images byzantines, on est frappé par le style qui se ressemble: une frontalité absolue, des cernes pour délimiter les formes, des couleurs vives, une forte lisibilité sans ambiguïté à l’instar des images signalétiques,  un regard avec de grands yeux, des couleurs réparties en aplat, des images univoques, une relation particulière à l’écriture.

« L’œil est la lampe du corps. Si ton oeil est en bon état, tout ton corps sera éclairé mais si ton œil est en mauvais état, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes ces ténèbres! » Matthieu 6.22-23.

15_vierge_kazan_detail 5hHuBfsx-hires-s-

Les émoticônes: Une émoticône est une courte figuration symbolique d’une émotion, d’un état d’esprit, d’un ressenti, d’une ambiance ou d’une intensité, utilisée dans un discours écrit. Dès l’invention de la première émoticône typographique « 🙂 », un nom anglais lui est donné : smiley, à l’image du célèbre smiley – le visage souriant dans un cercle jaune. Mais elles ont envahi l’art contemporain.

la première trace d’une émoticône daterait de 1648. Émoticônes imprimées dans la revue Puck (États-Unis) en 1881.

220px-Emoticons_Puck_1881

Voici le premier smiley:

Smiley.svg

Comme dans l’icône religieuse, il y a une forte identification de la part du créateur à son émoticône qui est censé l’incarner plus que le représenter.

L’icône dans l’art moderne et contemporain:

Gustav Klimt réalise des peintures sur fond d’or avec un vrai pouvoir hypnotique. Le spectateur est envoûté par le pouvoir plastique du tableau.

Portrait d’Adèle

300px-Gustav_Klimt_046

Petra Mrzyk et Jean-François Moriceau. (2eme tableau, avec le smiley)

matali
Gregos peint un smiley tout en matière alors que l’icône doit être lisse et sans texture.

27729_1_m

Le travail de Titus-Carmel, réalisé dans les couleurs même de la Crucifixion (noir, blanc, rouge et brun) se focalise notamment sur les représentations des mains et des pieds, avec des variantes qui vont jusqu’à l’abstraction.

parisart-38-090408-Titusx2a-10825

Mais le célèbre Murakami réalise des peintures en mettant en scène des accumulations d’émoticônes!

takashi_murakami_002

Mais l’icône dans l’art contemporain peut avoir d’autres formes. C’est le cas de Marilyn de Warhol. Les portraits sont en aplat avec des couleurs vives. Les portraits sont dans la frontalité. De plus, comme pour les icônes byzantines, la démultiplication des portraits de Marilyn par la sérigraphie reprend bien les moyens de diffusion et de réception des plus anciennes icônes. Le jaune vif rappelle les fonds d’or des oeuvres byzantines. L’actrice devient un objet d’art en nombre, parfois méconnaissable mais l’essentiel est là: l’icône comme moyen de starification. C’est bien là le pouvoir des images religieuses à l’époque byzantine, toutes peintes à l’identique selon un cahier des charges fixé par les Pères de l’Eglise. D’ailleurs on ne dit pas « peindre une icône » mais écrire une icône. Celle-ci est une forme particulière de l’écriture divine. C’est un type d’image agissant comme le sont les images publicitaires.

mar

L’oeuvre de Warhol montre bien la spécificité des icônes: ce ne sont pas les spectateurs qui regardent les icônes mais ce sont elles qui les regardent. Un pouvoir a investi ce type d’images. On dit, pour les amateurs d’icônes qu’ils sont iconophiles et ceux qui les condamnent iconoclastes.

Zedblek associe image de la Vierge et le célèbre Mickey.

le-quart-dheure-de-calin-zedblek-artiste-contemporain-francais-contemporary-artist-art-drawing-painter-peintre-dessinateur-image-icone-warhol-mickey-mouse-sainte-marie-humour

Les icônes contemporaines:

Une icône veut frapper les esprits avec une idée forte et linéaire. D’ailleurs elle est fabriquée selon des techniques certes picturales mais avant tout religieuses. Tout est codifié, pensé selon la hiérarchie du divin.

Michel Journiac dans les années 80 réalise des photos en noir et blanc sur fond d’or.

Icones_du_temps_present_ICONE_4web media_file_112143

Cette couverture de magazine mettant au premier plan Kate Moss fonctionne elle-aussi comme une icône. Frontalité, lisibilité, couleurs en aplat, rapport au texte.

kate-moss-nouvelle-icone-lart-contemporain-L-GHicn6

La nature des images que nous trouvons dans les nouveaux médias, sur les smartphones et les réseaux sociaux rappelle celle des icônes religieuses. Pensons au selfie !

Le selfie: icône moderne

bayern-selfie Aki-Hoshide_exact780x585_l

Le pouvoir des images et leur rayonnement en nous n’a cessé de se perfectionner et de croître. Le spectateur est de plus en plus happé par les nouvelles images qui fonctionnent comme des icônes. La société occidentale s’est forgée une catégorie d’images à travers l’actualité, la publicité et ses nouvelles formes auxquelles nous adhérons parfois sans réfléchir.

Esther Ferrer, Sans titre, série «Le livre des têtes», version 2011. Photo BN, lettres. 60 x 50 cm.

g_MacVal14EstherFerrer03bw g_MacVal14EstherFerrer02bw

L’artiste interroge l’identité dans des photographies frontales qui créent un face-à-face dérangeant. Elle est une féministe, une anarchiste, une citoyenne engagée. Sans prétendre vouloir changer la société, elle tente d’impulser une autre façon de l’appréhender et d’encourager une certaine prise de conscience.

g_MacVal14EstherFerrer01bkk

La photo judiciaire et anthropométrique:

Fiche anthropométrique d’Alphonse Bertillon réalisée en 1894

« Issu d’une famille de scientifiques, Alphonse Bertillon intègre en 1879 la Préfecture de police de Paris en tant que « commis aux écritures » chargé de la copie et du classement des fiches signalétiques et photographiques. Soucieux de remédier aux nombreuses approximations qui caractérisent l’accomplissement de ce travail, il propose un nouveau système de classement qui s’appuie sur les mesures du corps. L’anthropométrie suscite d’abord l’hostilité de sa hiérarchie. En 1882, l’autorisation est cependant donnée à Bertillon d’expérimenter son procédé pendant trois mois. Il parvient à identifier un délinquant récidiviste, ce qui marque le premier succès de sa méthode. » criminocorpus

repro_fiche_anthropometrique__bertillon_1894_1.jpg__1000x700_q85_crop_subsampling-2_upscale

Il est intéressant de remarquer la relation image/texte, la frontalité, le fond neutre pour faire ressortir le personnage.

Ce sont des icônes modernes qui sont toujours d’actualité. A celles d’aujourd’hui s’ajoutent des informations et données informatiques cryptées (pensons à la carte vitale) qui complexifient davantage la structure de celles-ci. Aujourd’hui, pensons aux passeports et cartes d’identité, les informations ne sont pas forcément visibles sur l’image.

On pourrait même dire que les images numériques sont toutes des icônes tant leur relation au texte est importante, leur luminosité, leur frontalité grâce à l’écran, … Nous vivons dans une ère de l’iconomania !

Danièle Pérez

Davantage de thématiques ici:

https://perezartsplastiques.com/les-notions-dans-les-arts-plastiques/

A propos artsplastiques

site de cours d'arts plastiques en ligne destiné aux élèves, aux parents et aux enseignants. Vous trouverez des séquences d'arts plastiques avec des productions d'élèves autour de l'objet, de l'image et de l'espace conformément aux programmes. Ces cours en ligne permettent d'échanger des pratiques avec notamment le numérique au centre de nos apprentissages.

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s