Le support et les matériaux dans l’art

Les supports et les matériaux dans l’art.

La liste est incomplète car les supports sont variés et nombreux. Il s’agit ici de relater une petite histoire des supports et des matériaux en donnant une idée de la profusion de ceux-ci dans la période contemporaine.

Le support est l’appui ou le soutien de quelque chose.

Support : Surface ou matière qui reçoit la trace d’un outil ou sur lequel sont déposés des matériaux comme une couche de peinture, d’encre ou de pigments, ou encore des éléments tridimensionnels. Dans le langage technique, on parle de subjectile. Un support peut être passif (neutre, il se fait oublier), actif (il modifie la trace de l’outil ou le matériau) ou encore productif (il produit lui-même la trace, par exemple lors d’un pliage). En sculpture, le support est un socle.

Au départ à l’état de pierre brute, le support n’a cessé de varier dans le cours de l’histoire de l’art pour devenir de plus en plus sophistiqué et même oeuvre d’art à part entière. L’ère du numérique dématérialise le support offrant de nouvelles possibilités plastiques où la matière reste un défi à rendre visible, tangible malgré sa virtualité.

Le matériau: Matériau(x)
Désigne toute matière transformée ou non qui sert à construire et, du point de vue des arts plastiques, ce en quoi est fait une oeuvre d’art (marbre, bronze, toile de coton ou de lin, etc…).

Parfois la frontière est ténue entre matériaux et supports, les artistes ayant le plaisir de brouiller les pistes. A vous de voir dans ce qui suit, s’il s’agit de l’un ou de l’autre.

Le mur:

Les parois des grottes et cavernes servaient de support aux peintures rupestres. La pierre donne un effet de matière aux chevaux représentés.

Peinture_rupestre

 

Durant la période égyptienne, les parois sont peintes ou creusées pour donner un léger relief aux figures.

Z_hmEgy75_3_21AA

Dendera_relief

 

Aujourd’hui le street art a bien développé ses techniques sur les murs.

w-Banksy-Balloon-Header-Flickr-NeverLeaveLondon

Banksy

Combo

 Le papier de papyrus

ou simplement papyrus (en grec ancien πάπυρος / papyros, en latin papyrum ou papyrus), est un papier obtenu par superposition de fines tranches tirées des tiges de la plante Cyperus papyrus. Il fut probablement inventé il y a 5 000 ans.

Papyrus_Ani_curs_hiero

Aujourd’hui, des illustrateurs reprennent ce support qui confère à l’image une texture particulière. Raenyras.

anubis_papyrus_by_raenyras-d5vdcl0

 

Le papier:

Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales. Il se présente sous forme de feuilles minces et est considéré comme un matériau de base dans les domaines de l’écriture, du dessin, de l’impression, de l’emballage et de la peinture. Il est également utilisé dans la fabrication de composants divers, comme les filtres.

L’histoire du papier remonte à l’Antiquité. Le papier porteur d’un message le plus ancien connu à ce jour date de l’an 8 av. J.-C. et a été trouvé en Chine.

1009876-Le_mahayana

Aujourd’hui le papier est à la fois un support et un matériau fréquemment utilisé par les artistes.

PIERRE-FRANÇOIS OUELLETTE,

Bloom  2012
encre sur matériau réfléchissant 3M et papier shoji découpés
213 x 275 cm. (84″ x 108″)

ep_2012_bloom_large (1)

 

Le tapa océanien:

Le tapa est une étoffe végétale obtenue par la technique de l’écorce battue. Cette technique encore utilisée pour l’artisanat d’art en Océanie a été pratiquée en Amérique du Sud, en Afrique Centrale et en Indonésie (où on l’appelle daluang ou dluwang). Pour plus d’informations: cliquez ici

expo_tapa_etoffes_doceanie

 

Aujourd’hui le tapa est encore créé de manière traditionnelle. L’œuvre ci dessous est exceptionnelle autant par sa taille, la complexité de sa fabrication que par son sens. Pièce maîtresse de l’exposition « Tapa contemporains » qui s’est tenue à la Maison de la Culture en novembre 2014, il s’agit d’un « lautefuhi », un tapa géant de 38 mètres de long réalisé à Wallis par les femmes du village de Falaleu.

h86-oeuvre-Tapa-ge_ant-de-Wallis.-Lautefuhi.40

L’argile:

Malléable, soluble, solide, on peut la cuire, la transformer, la graver, la conserver relativement facilement.

Pigments naturels depuis la préhistoire, elle a été « l’encre » des premiers hommes.

Dès le paléolithique les hommes façonnent des petites statuettes qui témoignent du besoin de l’homme de s’exprimer artistiquement ou religieusement dès le début de son histoire.

On lui doit entre autres, certaines des énigmatiques figurines de La Déesse-Mère –que l’on retrouve dans divers matériaux, partout sur la surface du globe.

venusdedolnievestocie02

Vénus de Dolní Vestonice Paléolithique supérieur, vers 29 000–25 000 av JC Argile cuite

De la Mésopotamie aux Sumériens, l’argile a servi de support aux écritures anciennes.

tablette en argile

 

Le bois

L’entrée principale de l’église Sainte Sabine à Rome est fermée par une porte en bois datant du Ve siècle, étant le plus ancien exemple de sculpture sur bois du début de la chrétienté.

portaligneabasilicasantasabina2_0303

 

Aujourd’hui Damien DEROUBAIX perpétue la tradition avec ses gravures sur bois, World Down Fall Part 2, 2009, 245 x 395 cm

deroubaix_world-downfall

La pierre:

Les plus anciennes formes d’art connues sont les sculptures sur pierre. Au départ, elles étaient souvent directement sculptées dans la roche comme les pétroglyphe du Néolithique, mais on trouve tout de même quelques sculptures préhistoriques « indépendantes », comme les Vénus paléolithiques taillées dans du tuf volcanique ou du calcaire.

artbite.a283.venus-willendorf-22faf

Vénus de Willendorf Sculpture préhistorique, en pierre, de la période gravetienne (aux alentours de 20 000 ans avant notre ère) trouvée sur le site archéologique de Willendorf en Autriche.

Au XXème siècle, Max Bill défie la pierre avec ses Rubans sans fin

1A04076_normal

La toile:

En peinture, une toile est un support utilisé notamment pour la peinture à l’huile et la peinture acrylique. L’une des premières peintures à l’huile sur toile est une œuvre française, la Madone avec les anges réalisée vers 1410 et conservée au musée Gemäldegalerie à Berlin. Le peintre Andrea Mantegna et des artistes vénitiens sont parmi ceux qui ont amené le changement. La toile vénitienne était aisément disponible et considérée comme de meilleure qualité.

stsebast3

 

Au XXème siècle, Lucio Fontana perfore les toiles dans ses Concetti spaziale, la toile est à la fois un support de la couleur rose mais aussi considérée comme un matériau avec ses qualités plastiques évidentes: les perforations donnent un léger relief particulier.

fontanafinedio

Le verre:

Le vitrail est une composition de verre formée de pièces de verre. Celles-ci peuvent être blanches ou colorées et peuvent recevoir un décor. En tant que forme artistique, la technique du vitrail atteint sa plénitude au Moyen Âge.

640px-Süddeutscher_Glasmaler_001

Vitrail roman de la cathédrale Notre-Dame d’Augsbourgreprésentant le prophète Daniel(vers 1065).

Cette technique est reprise par Marcel Duchamp dans le Grand Verre, 1915-23

dyn010_original_414_520_pjpeg_2646967_d201f8e9f3a355519fc4008c2b26f122

 Le plastique:

Jacques Clauzel, Plaque plastique format 29,5 cm x 22,5 cm. Papier BFK Rives format 57 cm x 45 cm. technique mixte. Tirage à 12 exemplaires. Dans cet exemple, il s’agit d’un support.

images

 

En revanche, Tony Cragg récupère des morceaux de plastiques qu’il colle sur les murs. Il s’en sert comme d’un matériau voire d’un médium.

cragg

Le pneumatique: Andrea Detloff

AD_Traces

Le métal:

L’eau-forte est un procédé de gravure en taille-douce sur une plaque métallique à l’aide d’un mordant1 chimique (un acide). L’artiste utilisant l’eau-forte est appelé aquafortiste. Rapidement employée dès le Moyen Âge par les orfèvres arabes en Espagne et à Damas, elle est dès le début du xve siècle appliquée dans le domaine de l’image imprimée. De grands graveurs comme Urs Graf (1485-1527, actif à Zurich et à Bâle) dès 1513, et Albrecht Dürer (Nuremberg, 1471-1528) en 1515 sont parmi les premiers à exploiter cette technique pour ses caractéristiques propres. Matrice préparée à l’eau-forte parAlbrecht Dürer au xvie siècle.

640px-Albrecht_Dürer_Druckplatte_Christus_am_Ölberg

 

Le miroir:

Le miroir dans l’art relate, depuis son origine avec l’invention du verre il y a plus de 3 000 ans, l’importance du miroir comme thème dans le domaine des arts visuels.

Au départ représenté, il entre dans la scène artistique de manière physique pour ses propriétés plastiques.

Van Eyck, La Chambre des époux Arnolfini, détail

The_Arnolfini_Portrait,_détail_(2)

Pistoletto: Le spectateur est saisi par trois images : l’objet miroir, lui regardant l’œuvre et l’espace d’exposition. Entre le miroir et son reflet, il existe une connexion physique qui lie l’image et le référent : le spectateur qui permet l’image.

oeuvre-de-michelangelo-pistoletto-miroirs-au-104

Anish Kapoor, Cloud Gate

cloud-gate-09_0114_melody-mudd2

La peau humaine:

Le tatouage est un art dont le support est la peau humaine. Pratiqué en Océanie, c’est le corps tout entier qui est investi par les tatouages.

tatouage-maori

Dans l’art contemporain, Wim Delvoye tatoue des animaux.

tatouage-cochon-02

 

La résine:

Ron Mueck utilise la résine comme matériau et comme support pour créer des volumes hyper-réalistes:

1

 Le support comme mouvement artistique au XXème siècle: retrouver les gestes primitifs

Supports/Surfaces est un mouvement artistique qui fut l’un des groupes fondateurs de l’art contemporain français, tant en peinture qu’en sculpture. Les artistes écrivent: « L’objet de la peinture, c’est la peinture elle-même et les tableaux exposés ne se rapportent qu’à eux-mêmes. Ils ne font point appel à un « ailleurs » (la personnalité de l’artiste, sa biographie, l’histoire de l’art, par exemple). Ils n’offrent point d’échappatoire, car la surface, par les ruptures de formes et de couleurs qui y sont opérées, interdit les projections mentales ou les divagations oniriques du spectateur. La peinture est un fait en soi et c’est sur son terrain que l’on doit poser les problèmes. Il ne s’agit ni d’un retour aux sources, ni de la recherche d’une pureté originelle, mais de la simple mise à nu des éléments picturaux qui constituent le fait pictural. D’où la neutralité des œuvres présentées, leur absence de lyrisme et de profondeur expressive. »

Dès 1966, le support traditionnel est remis en question : Buraglio récupère des morceaux de toile et des éléments de fenêtre qu’il assemble.

1771

Dezeuze dissocie la toile du châssis. Viallat emploie des matériaux de récupération, toiles de bâche, parasols, tissus divers, corde nouée ou tressée. Il restera jusqu’à aujourd’hui fidèle à ces supports.

15

Bernard Pagès et Toni Grand travaillent sur le bois et les cordes. Jaccard utilise des cordes nouées pour imprimer leurs empreintes sur la toile, qu’il expose simultanément avec les cordes qui ont servi d’outils.

60903856

Rouan peint deux toiles qu’il découpe et tresse ensemble. Quant à Saytour, il revisite la technique du pliage.

1372

Pincemin et Viallat répètent de façon neutre le même motif. Cane utilise des tampons et Viallat applique de la couleur au pochoir. De plus Meurice et Viallat utilisent des colorants destinés à l’artisanat.

Toutes ces pratiques témoignent de la volonté d’un retour au geste primitif.

La nature comme support et matériau:

Le land art: Mouvement artistique dont les protagonistes interviennent directement sur le paysage comme matière première en y imprimant des marques souvent éphémères. L’oeuvre se développe par étapes projet, préparations, action, traces de l’action (Christo, Long, Dennis Oppenheim, Smithson…).

Spiral Jetty Robert Smithson April 2005, la plage est le support et les pierres les matériaux.

Spiral-jetty-from-rozel-point

Le numérique:

Les supports sont dématérialisés pour entrer dans l’ère du virtuel. On parlera plutôt de médium que de support. L’art numérique désigne un ensemble varié de catégories de création utilisant les spécificités du langage numérique. Il s’est développé comme genre artistique depuis le début des années 1960.

Médium
(Média au pluriel). En peinture, et dans le sens premier du terme, le médium désigne le liant qui sert à mélanger et étaler les pigments de couleur (l’eau, l’huile, l’essence, etc…).
Média a pris un sens second dans la communication et désigne un mode de diffusion d’informations (la télévision, les journaux, les livres, etc…).

Médium

Définition

Le matériau physique sur lequel les données sont enregistrées et écrites. Les bandes magnétiques, les cartes perforées, les cédéroms et les disquettes sont autant d’exemples de media.

Le terme Média désigne dans l’acception contemporaine la plus courante un moyen de diffusion et/ou d’échanges d’informations.

Reynald Drouhin, Des fleurs, que nous saluons au passage: il se sert des photos postées sur le net comme matériau de ses créations: cliquez sur l’image pour voir l’animation

reynald-drouhin

Autres thématiques dans le site:

 http://perezartsplasti ques.com/les-notions-dans-les-arts-plastiques/


5 Comments

  1. Lam

    Merci pour votre site très bien fait.
    Réalisant quelques œuvres sur polystyrène, je cherchait un site parcourant l’évolution de supports utilisés dans l’art.
    Et j’ai trouvé !
    Bien à vous.
    Lam

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s